Emplois - jeunes :

Le Collectif emplois en danger reprend l'action


Publié / Actualisé
Une trentaine de membres du Collectif emplois en danger s'est présenté au siège de la MAPREJ ce mercredi 18 mars 2003 dans la matinée. Les membres du bureau ont été reçus par les responsables de cet organisme créé pour traiter les dossiers des jeunes en fin de contrat et par un représentant de la préfecture
Une trentaine de membres du Collectif emplois en danger s'est présenté au siège de la MAPREJ ce mercredi 18 mars 2003 dans la matinée. Les membres du bureau ont été reçus par les responsables de cet organisme créé pour traiter les dossiers des jeunes en fin de contrat et par un représentant de la préfecture
Jean-Hugues Ratenon, porte-parole du collectif s'est inquiété du devenir des aides éducateurs qui sortiront du système CEJ (contrat emploi jeune) au mois de juin. Il a également souligné "les dérives" du système mis en place par l'Etat. Celui-ci demande aux associations de proroger de trois ans les contrats des jeunes qu'elles emploient en CEJ. Paradoxalement, ce délai est ramené à un an pour les collectivités territoriales font des contrats d'un an.
Les réponses apportées par les représentants de la MAPJEJ et de l'Etat n'ont pas satisfait le collectif. Ainsi son porte parole na pas hésité à souligner que "s'il fallait bloquer les routes pour faire avancer les dossiers il y aurai de nouvelles opérations".
L'après-midi, les emploi jeunes ont été reçu par l'association des maires de La Réunion. Ils leur ont fait part de leur mécontentement sur la gestion du reclassement des emploi jeunes et des CEC (contrat emploi consolidé) qui selon Jean-Hugues Ratenon "se retrouve dans une situation de précarité encore plus grande en passant d'un contrat sur cinq ans à un contrat d'un an renouvelable sur trois ans".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !