Social :

Ils ont marché pour l'emploi


Publié / Actualisé
Plus de 150 personnes ont participé ce mardi 12 août 2003 à la marche pour l'emploi entre le Port et Saint-Denis (20 kilomètres). Il s'agissait de protester contre les risques de réduction du quota de CES (contrat empli solidarité) au second semestre. En début de soirée, Brigitte Girardin, ministre de l'Outremer, a annoncé que contrairement aux "rumeurs" le quota du premier semestre serait reconduit
Plus de 150 personnes ont participé ce mardi 12 août 2003 à la marche pour l'emploi entre le Port et Saint-Denis (20 kilomètres). Il s'agissait de protester contre les risques de réduction du quota de CES (contrat empli solidarité) au second semestre. En début de soirée, Brigitte Girardin, ministre de l'Outremer, a annoncé que contrairement aux "rumeurs" le quota du premier semestre serait reconduit
Plusieurs élus de la commune du Port ont participé à la marche de ce mardi. Comme toutes les Villes de l'île, la cité maritime a régulièrement recours au CES, ces emplois "aidés" financés en partie par l'État et permettant aux collectivités d'embaucher du personnel pour une durée déterminée. 13 000 personnes avaient été employées en CES au cours du premier semestre 2003. Selon différentes informations émanent notamment des milieux politique proches du gouvernement finalement qualifiées de "rumeurs" par Brigitte Girardin, l'État aurait eu l'intention de supprimer 10 000 de ces postes au second semestre.
D'où l'inquiétude des bénéficiaires de ces contrats et aussi des maires. D'où également la marche organisée mardi entre le Port et Saint-Denis.
A près plus de quatre heures de routes, une délégation a remis une motion Gilles Dufeigneux, le nouveau Directeur de Cabinet du préfet. Le document demandait, en substance au gouvernement, de tenir compte de la situation économique et sociale de l'île et de ne pas procéder à une baisse des CES.
En début de soirée, la ministre de l'outremer, interrogée au téléphone dans le journal de Télé Réunion, a formellement démentie toute velléité de réduction des quotas et annoncé que le nombre de contrats emplois solidarité au seconde semestre serait identique à celui des six premiers mois de l'année.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !