Nicollin-Reunion :

La grève est finie


Publié / Actualisé
Le travail reprend ce vendredi matin 11 juin 2004 chez Nicollin - Réunion. Un protocole d'accord a été signé dans la nuit de jeudi à vendredi par la direction et les salariés. Il prévoit une augmentation des alaires de 1% à partir du 1er janvier 2005. les collectes d'ordures ménagères reprennent donc à Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne
Le travail reprend ce vendredi matin 11 juin 2004 chez Nicollin - Réunion. Un protocole d'accord a été signé dans la nuit de jeudi à vendredi par la direction et les salariés. Il prévoit une augmentation des alaires de 1% à partir du 1er janvier 2005. les collectes d'ordures ménagères reprennent donc à Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne
Lorsqu'ils ont déclenché leur grève le mardi 2 juin, les salariés réclamaient 8% d'augmentation. La direction y opposait un refus catégorique. Au fil des négociations avortées, le personnel, en grève à 88%, avait revu sa revendication à la baisse et avait demandé 3% de hausse. Nouveau refus de la direction qui a donc fini par céder 1% d'augmentation.
Le protocole, signé à 3 heures du matin vendredi, indique également que les retenues sur salaires pour les 9 jours de grève seront étalées sur plusieurs mois. Enfin, aucune poursuite ne sera engagée contre les grévistes pour entrave à la liberté du travail.
Jeudi, la direction de Nicollin - Réunion avait déjà été déboutée par le juge des référés dans sa requête contre les travailleurs pour entrave à la bonne marche de l'entreprise.

Climat tendu

Ce conflit a été marqué par un climat particulièrement tendu. Dans la matinée du lundi 7 juin, les grévistes avaient bloqué l'entrée Est de Saint-Denis par une opération escargot pour protester contre la mesure de réquisition prise la veille par le préfet. Des camions-bennes de La STAR avaient en effet été réquisitionnés pour collecter, sous escorte de la gendarmerie, les ordures de Saint-Denis. Même scénario lundi soir, où cette fois des camions-bennes d'autres sociétés de collecte d'ordures ont été réquisitionnées. Les jours suivants les poubelles débordant d'ordures s'étaient amoncelées dans les rues du centre-ville de Saint-Denis.
Jeudi matin, la direction avait donc assigné les grévistes en référé. Elle n'avaient pas obtenu gain e cause, mais un travailleur avait menacé de se mettre en grève la faim pour "protester contre l'attitude de la direction".
Nicollin-Réunion est en convention avec la CINOR et assure pour cette communauté de communes le ramassage des ordures ménagères à Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne. Ce marché représente 80% de son chiffre d'affaires.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !