Grève des fonctionnaires :

Cacophonie annoncée dans les écoles


Publié / Actualisé
La prise en charge des élèves pendant la grève annoncée ce jeudi 2 octobre 2008 contre l'indemnité temporaire de retraites risque d'être difficile à gérer dans les écoles publiques. Elle sera très certainement un casse tête pour les directeurs et les maires. C'est ce qu'a annoncé ce mercredi après-midi Roland Robert, président de l'association des maires de La Réunion.
La prise en charge des élèves pendant la grève annoncée ce jeudi 2 octobre 2008 contre l'indemnité temporaire de retraites risque d'être difficile à gérer dans les écoles publiques. Elle sera très certainement un casse tête pour les directeurs et les maires. C'est ce qu'a annoncé ce mercredi après-midi Roland Robert, président de l'association des maires de La Réunion.
Depuis la loi du 20 août 2008, le maire de la Possession tout comme les autres élus des communes de France doit assurer l'accueil des élèves dans les écoles pendant les grèves. Ce service minimum applicable au 1er septembre a été réclamé par le président de la République lorsque le taux de grévistes dépasse 25%.
"Cette loi a été votée dans la précipitation, commente Roland Robert, il faut nous donner les moyens de l'appliquer car en ces termes elle est impossible à gérer". Tout d'abord parce que beaucoup de contrats aidés n'ont pas été renouvelés dans la plupart des communes et le personnel est déjà insuffisant en mairie. Ensuite, parce que l'ensemble du personnel municipal que le maire peut réquisitionner en cas grève, du gardien de cimetière au personnel administratif, n'est pas formé à cette tâche. Et enfin au moindre accident, la responsabilité des mairies est totale.
D'ores et déjà, l'association des maires prévient que la répartition du personnel communal pourrait ne pas suffire dans les grandes communes. Des fermetures sont donc à prévoir.
Les maires ont aussi attiré l'attention sur le manque de temps, à peine une demi-journée pour organiser l'accueil. Les maires espèrent évaluer après cette grève cette mesure "ingérable" avant la reconduction de la grève annoncée jeudi prochain. Ils envisagent une table ronde avec le rectorat pour dénoncer des incohérences de cette loi. Ils se demandent comment ils devront réagir dans le cas où les employés de la fonction publique territoriale seraient eux-aussi en grève.

Imaz Press Réunion - http://
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !