Grève à l'ARAST :

Négociations de la dernière chance


Publié / Actualisé
À moins d'une semaine de la possible mise en liquidation judiciaire de l'association d'aide aux personnes âgées (ARAST), les salariés sont plus que jamais mobilisés. Ils sont une nouvelle fois devant le conseil général ce mercredi 23 septembre 2009. Une délégation de 12 représentants syndicaux est reçue par des conseillers généraux depuis 9 heures 30 ce matin pour présenter un plan de continuation susceptible de sauver la structure.
À moins d'une semaine de la possible mise en liquidation judiciaire de l'association d'aide aux personnes âgées (ARAST), les salariés sont plus que jamais mobilisés. Ils sont une nouvelle fois devant le conseil général ce mercredi 23 septembre 2009. Une délégation de 12 représentants syndicaux est reçue par des conseillers généraux depuis 9 heures 30 ce matin pour présenter un plan de continuation susceptible de sauver la structure.
Ce plan de continuation a pour objectif de "maintenir à flot l'ARAST jusqu'à la fin de l'année", explique Gérard Nabeneza, délégué syndical CGTR. Il prévoit notamment d'augmenter le taux horaire de l'aide à domicile de 16 euros à 19,88 euros. "En métropole, le taux horaire est de près de 20 euros. À La Réunion, nous avons beaucoup de concurrents mais cette augmentation est le seul moyen de sauver l'association", explique t-il. Ce plan prévoit également le licenciement de 181 salariés alors que Nassimah Dindar, président du Conseil Général, évoquait le chiffre de 250.

En outre, Serge Nabeneza indique que l'ARAST a besoin de 3 millions d'euros pour survivre jusqu'à la fin de l'année. "Ces 3 millions, ils sont entre les mains du conseil général", affirme t-il. "Si ce plan de continuation est validé, nous pourrons engager la restructuration pour 2010", estime t-il.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !