Assemblée plénière du conseil général :

Les ex salariés de l'ARAST dans l'attente


Publié / Actualisé
Une centaine d'ex salariés de l'ARAST (association régionale d'accompagnement social territorialisé) sont rassemblés dans le hall du conseil général ce mercredi matin 2 décembre 2009. Les conseillers généraux sont réunis en assemblée plénière. Ils examinent, notamment, les orientations budgétaires de la collectivité pour 2010. Les ex salariés attendent quant à eux la décision des élus concernant la création d'un groupement d'intérêt public (GIP). Selon l'engagement de Nassimah Dindar, présidente du Département, la nouvelle structure devrait intégrer 1 000 anciens travailleurs de l'ARAST liquidée judiciairement par le tribunal de commerce le vendredi 27 novembre. En marge de l'assemblée, deux personnes, un ex agent de la collectivité et un postulant non retenu, ont entamé une grève de la faim.
Une centaine d'ex salariés de l'ARAST (association régionale d'accompagnement social territorialisé) sont rassemblés dans le hall du conseil général ce mercredi matin 2 décembre 2009. Les conseillers généraux sont réunis en assemblée plénière. Ils examinent, notamment, les orientations budgétaires de la collectivité pour 2010. Les ex salariés attendent quant à eux la décision des élus concernant la création d'un groupement d'intérêt public (GIP). Selon l'engagement de Nassimah Dindar, présidente du Département, la nouvelle structure devrait intégrer 1 000 anciens travailleurs de l'ARAST liquidée judiciairement par le tribunal de commerce le vendredi 27 novembre. En marge de l'assemblée, deux personnes, un ex agent de la collectivité et un postulant non retenu, ont entamé une grève de la faim.
Ce lundi une centaine d'ex salariés avaient manifesté au conseil général pour obtenir des garanties sur leur avenir. La liquidation judiciaire de l'ARAST précipite en effet au chômage 1 196 salariés et prive de suivi les quelque 8 000 personnes - âgées, dépendantes, en difficultés etc -, bénéficiaires des services de l'association.

Dans une ambiance parfois tendue, Nassimah Dindar avait annoncé qu'elle soumettrait la décision de création d'un GIP au vote des conseillers ce mercredi. Elle ajoutait que la création de 1 000 postes permettant l'embauche des ex salariés de l'ARAST exerçant dans le domaine de l'aide à domicile serait soumise à l'approbation des élus le 16 décembre prochain.

En milieu de matinée, les conseillers généraux n'avaient pas encore commencé à examiner ce dossier. Les débats portent plus globalement sur "le désengagement de l'État", selon l'expression du divers droite Ibrahim Dindar, vice-président de la collectivité, en matière de développement de La Réunion. Avec beaucoup de véhémence il a aussi fustigé "le mépris du gouvernement et la régression sociale qu'elle entraine".

Les conseillers généraux ont ensuite voté leurs orientations budgétaires 2009. Ils poursuivent l'examen de leur ordre du jour.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !