Grève aux centrales thermiques de Bois-Rouge et du Gol :

Blocage


Publié / Actualisé
Tout le personnel maintenance, agent de maîtrise et exécutant de la centrale thermique de Bois-Rouge ainsi que la grande majorité des ouvriers de la centrale thermique du Gol ont démarré une grève de 24h ce mercredi 2 décembre 2009. Un rendez-vous de négociation avec la direction est prévu à 15h30 à l'inspection du travail de Saint-Denis. Les grévistes revendiquent de meilleures conditions de rémunération et notamment un alignement sur le revenu des employés de la centrale thermique du Moule, en Guadeloupe.
Tout le personnel maintenance, agent de maîtrise et exécutant de la centrale thermique de Bois-Rouge ainsi que la grande majorité des ouvriers de la centrale thermique du Gol ont démarré une grève de 24h ce mercredi 2 décembre 2009. Un rendez-vous de négociation avec la direction est prévu à 15h30 à l'inspection du travail de Saint-Denis. Les grévistes revendiquent de meilleures conditions de rémunération et notamment un alignement sur le revenu des employés de la centrale thermique du Moule, en Guadeloupe.
Sur les 116 employés des deux centrales thermiques de Bois-Rouge et du Gol, 99 sont en grève. Parmi les non-grévistes, à l'exception de trois stagiaires et deux intérimaires, seuls les cadres ne sont pas mobilisés.

Les salariés grévistes revendiquent le respect code du travail. "La direction a supprimé le budget d'activité social en 2003 suite à une grève. On veut qu'il soit rétabli. C'est le droit" explique Joêl Didat, technicien-mécanicien employé à Bois-Rouge depuis la création de l'entreprise et délégué syndical CGTR.

Autre revendication, les salariés accusent la direction de discrimination entre la centrale de Bois-Rouge et la centrale guadeloupéenne du Moule qui appartient au même groupe. " Leur entreprise est plus jeune que la nôtre et leurs salariés sont mieux payés. C'est très injuste", affirme Joêl Didat.

Par ailleurs, les grévistes réclament une participation aux bénéfices de la société et la rétroactivité du budget de fonctionnement du comité d'entreprise qui n'a été mis en place qu'à partir de 2004, soit 11 ans après la mise en service des usines.

Pour ne pas pénaliser les planteurs, les grévistes voulaient "assurer l'équilibre et la production de la bagasse et du sucre avec une charge abaissée de 40 Megawatts" sur les 110 Mégawatts habituels. La direction aurait refusé de baisser de plus de 34 Mégawatts mettant un terme à la proposition des grévistes.

L'ensemble des grévistes de Bois-Rouge et une dizaine de l'usine du Gol ont prévu de se rendre à l'inspection du travail cet après-midi pour rencontrer la direction.

D'ores et déjà, un deuxième préavis a été déposé. La grève sera reconduite demain pour un maximum de 7 jours.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !