Département - Arrêt de la grève de la faim :

"Nous allons avoir un contrat"


Publié / Actualisé
À la suite d'une rencontre avec Nassimah Dindar, présidente du conseil général, Dominique Difernand et Axel (il souhaite garder l'anonymat) ont arrêté leur grève de la faim ce mardi soir 8 décembre 2009. Ils jeûnaient depuis le mercredi 2 décembre pour revendiquer leur intégration au sein de la collectivité. Ils ont obtenu l'assurance que leurs dossiers seraient examinés et qu'une solution leur sera proposée.
À la suite d'une rencontre avec Nassimah Dindar, présidente du conseil général, Dominique Difernand et Axel (il souhaite garder l'anonymat) ont arrêté leur grève de la faim ce mardi soir 8 décembre 2009. Ils jeûnaient depuis le mercredi 2 décembre pour revendiquer leur intégration au sein de la collectivité. Ils ont obtenu l'assurance que leurs dossiers seraient examinés et qu'une solution leur sera proposée.
"Je n'ai pas eu de papier signé, mais Nassimah Dindar s'est engagée devant témoins à me faire bénéficier d'une embauche" explique Axel (il préfère conserver l'anonymat). Fatigué par 7 jours de jeûne, il avoue "je ne sais pas encore exactement ce qu'on va me proposer. Je dois rencontrer la direction des ressources humaine jeudi ou vendredi. Je crois que je vais d'abord avoir un contrat temporaire avant d'être intégré". Depuis un an il occupait le poste de technicien vidéo au conseil général. En fin de contrat, il n'avait eu aucune indication sur la pérennisation de son emploi.

Dominique Difernand s'était mis en grève de la faim en même temps qu'Axel après avoir appris que son contrat de jardinier régulièrement renouvelé depuis 10 ans, était arrêté. "Il a lui aussi obtenu l'assurance que l'examen de son dossier connaîtrait une issue favorable" indique Axel.

Les deux hommes sont rentrés chez eux mardi soir. "Je vais me reposer, me soigner et essayer de faire le vide dans ma tête" note Axel. Il a perdu 5 kilos et son ulcère à l'?sophage s'est mis à saigner. "je souhaite que tout cela ne soit bientôt plus qu'un mauvais souvenir, que la parole donnée sera respectée et que je n'aurais plus besoin d'avoir recours à une solution extrême comme la grève de la faim" espère Axel.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !