Mobilisation de l'Arast :

L'attente


Publié / Actualisé
Les ex-salariés de l'Arast (association régionale d'accompagnement social territorialisé) se sont laissés quartier libre ce lundi 25 janvier 2010 au matin pour vaquer à leurs occupations. Ils attendent une réponse, prévue à midi, du conseil général et de l'AGS (association pour la gestion du régime d'assurance des créances des salariés) sur l'aide d'urgence de 1000 euros proposée par le Préfet à l'occasion de la dernière table ronde ce vendredi 22 janvier. Les travailleurs sociaux se sont donnés rendez-vous en début d'après-midi pour décider de la suite à donner au mouvement. Le siège, qu'ils maintiennent depuis 21 jours au conseil général, pourrait être levé en attendant que les prud'hommes ne tranchent le litige qui oppose l'AGS et le Département.
Les ex-salariés de l'Arast (association régionale d'accompagnement social territorialisé) se sont laissés quartier libre ce lundi 25 janvier 2010 au matin pour vaquer à leurs occupations. Ils attendent une réponse, prévue à midi, du conseil général et de l'AGS (association pour la gestion du régime d'assurance des créances des salariés) sur l'aide d'urgence de 1000 euros proposée par le Préfet à l'occasion de la dernière table ronde ce vendredi 22 janvier. Les travailleurs sociaux se sont donnés rendez-vous en début d'après-midi pour décider de la suite à donner au mouvement. Le siège, qu'ils maintiennent depuis 21 jours au conseil général, pourrait être levé en attendant que les prud'hommes ne tranchent le litige qui oppose l'AGS et le Département.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !