Manifestation des salariés du bâtiment :

Tram-train : Didier Robert se prononce le 31 mai


Publié / Actualisé
Didier Robert, président du conseil régional, se prononcera le 31 mai prochain sur la réalisation ou non projet tram-train. C'est ce qu'il a annoncé ce mercredi 19 mai 2010 aux salariés du bâtiment en grève pour obtenir la relance d'activité dans le secteur du BTP (bâtiment et travaux publics). Il n'a pas exclu que, contrairement à sa prise de position au cours de la campagne pour les régionales, le projet soit finalement maintenu. Faisant allusion au contrat liant Tram Tiss, le groupement attributaire du marché, et la Région, il a en effet commenté : "nous sommes dans un cadre contractuel ferme. Je ne peux que m'inscrire dans ce cadre". Une allusion aux dispositions contractuelles prévoyant le versement par le conseil régional de fortes indemnités à Tram Tiss en cas d'annulation du chantier.
Didier Robert, président du conseil régional, se prononcera le 31 mai prochain sur la réalisation ou non projet tram-train. C'est ce qu'il a annoncé ce mercredi 19 mai 2010 aux salariés du bâtiment en grève pour obtenir la relance d'activité dans le secteur du BTP (bâtiment et travaux publics). Il n'a pas exclu que, contrairement à sa prise de position au cours de la campagne pour les régionales, le projet soit finalement maintenu. Faisant allusion au contrat liant Tram Tiss, le groupement attributaire du marché, et la Région, il a en effet commenté : "nous sommes dans un cadre contractuel ferme. Je ne peux que m'inscrire dans ce cadre". Une allusion aux dispositions contractuelles prévoyant le versement par le conseil régional de fortes indemnités à Tram Tiss en cas d'annulation du chantier.
Les quelque 700 manifestants du bâtiment en grève à l'appel de l'intersyndicale CGTR, CFDT, CFE, CGC, n'ont été qu'en partie rassurés par cette annonce. Et c'est avec "détermination" qu'ils attendent du conseil régional une relance du projet tram train. "Nous sommes dans un contexte de crise extrêmement grave, tout le secteur du bâtiment est menacé de mort. 8 000 salariés ont déjà été licenciés. La Région n'a pas le droit de donner un coup de pied dans des chantiers qui sont sur le point de démarrer" a martelé Jacky Balmine de la CGTR BTP tout au long de la journée de manifestation (voir articles par ailleurs).

Au cours de l'entretien qu'il a eu avec une délégation de grévistes, Didier Robert, a rappelé qu'une somme de 300 millions d'euros allait être débloquée en faveur de chantiers de construction d'équipements sportifs et culturels. Mais il a surtout sous-entendu qu'il n'en était pas non plus à rejeter l'idée d'aménager un tram train. Cela, sans doute en raison des pénalités que la Région devra verser à Tram Tiss en cas d'annulation du contrat. Ensuite le rejet du chantier tram train au seul motif, de fait, qu'il a été initié par la majorité communiste sortante, n'a aucune chance d'être comprise par un monde économique secoué par une crise de grande ampleur.

Dès lors reste à savoir comment Didier Robert arrivera à se sortir de cette situation. L'appel "solennel" d'Éric Magamootoo, président de la chambre de commerce, exhortant son "ami président" a "ne pas priver La Réunion d'un chantier de cette ampleur" est arrivé à point ce lundi. Le président de la chambre consulaire a proposé une réunion d'urgence de l'assemblée plénière du conseil régional afin d'obtenir de Tram Tiss un nouveau délai de 3 mois pour décider de la poursuite ou non du projet.

Le précédent délai accordé par le groupement se termine le 31 mai. C'est aussi la date annoncée ce mercredi par Didier Robert pour dire sa position sur le sujet...

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !