Centre des finances publiques de Saint-Benoît :

Protestation contre la baisse des effectifs


Publié / Actualisé
Une dizaine de militants syndicaux (Snui Sud Trésor, CGTR Finances Publiques, FO DGFiP) ont protesté ce jeudi 14 octobre 2010 devant le centre des Finances publiques de Saint-Benoît contre la baisse des effectifs dans les services des Impôts et du Trésor. Une baisse qui fait suite à la fusion des deux services, amorcée en décembre 2009, et à la politique gouvernementale de non renouvellement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Ce mouvement de protestation n'a pas entrainé de perturbations au sein de la caisse.
Une dizaine de militants syndicaux (Snui Sud Trésor, CGTR Finances Publiques, FO DGFiP) ont protesté ce jeudi 14 octobre 2010 devant le centre des Finances publiques de Saint-Benoît contre la baisse des effectifs dans les services des Impôts et du Trésor. Une baisse qui fait suite à la fusion des deux services, amorcée en décembre 2009, et à la politique gouvernementale de non renouvellement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Ce mouvement de protestation n'a pas entrainé de perturbations au sein de la caisse.
400 personnes par jour en moyenne et des pics de 1 000 personnes par jour lors des grandes échéances, telle est l'affluence au centre des Finances publiques de Saint-Benoît, selon les syndicalistes. "Nous ne pouvons pas accueillir autant de monde dans de bonnes conditions", lance Eric Metro, secrétaire général adjoint du Snui Sud Trésor. "Les fonctionnaires sont très vite débordés", déplore t-il. Ce qui peut engendrer des ralés-poussés entre contribuables et des tensions avec les agents. "Nous avons besoin d'effectifs supplémentaires", ajoute t-il. Au lieu de cela, 11 postes ont été supprimés en 2010 sur toute l'île. "Il y'aura encore des suppressions en 2011", regrette Eric Metro. Le problème d'accueil serait le même dans les autres centres de l'île. "Nous avons manifesté à Saint-Benoît parce que c'est le premier centre où a été appliquée la fusion Impôts - Trésor.

Ce mouvement de protestation était également l'occasion pour les syndicalistes d'informer les contribuables sur les dispositifs d'aide aux personnes qui ont subi "une baisse brutale de revenu". Ces derniers peuvent demander un échéancier pour le paiement des impôts locaux. Un autre dispositif existe pour le service du Trésor. Des contribuables en grande difficultés financières peuvent demander à titre gracieux un "allègement fiscal" qui sera étudié par les services concernés. "Ce sont des dispositifs méconnus de la population. En cette période de crise, ils peuvent aider les Réunionnais", explique Pierrick Ollivier, secrétaire général à la CGTR Finances publiques. "Ces recours sont des faveurs accordées par les services du Trésor et des Impôts. Ils ne sont pas prioritaires", prévient le syndicaliste.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !