Politique d'insertion :

Le Département prêt pour le RSA


Publié / Actualisé
Le RSA (Revenu de solidarité active) entrera en vigueur à La Réunion à partir du 1er janvier 2011, à la place du RMI (Revenu minimum d'insertion). Une entrée en vigueur qui, selon Jean Jacques Vlody, conseiller général, n'entrainera pas de "révolution" dans l'organisation de la distribution de la prestation sociale aux bénéficiaires. "Nous avons piloté la mise en place du dispositif depuis plusieurs mois déjà", souligne l'élu. Les orientations stratégiques du RSA seront évoquées en assemblée plénière ce mardi 16 novembre 2010, dans le cadre de la présentation des orientations budgétaires 2011.
Le RSA (Revenu de solidarité active) entrera en vigueur à La Réunion à partir du 1er janvier 2011, à la place du RMI (Revenu minimum d'insertion). Une entrée en vigueur qui, selon Jean Jacques Vlody, conseiller général, n'entrainera pas de "révolution" dans l'organisation de la distribution de la prestation sociale aux bénéficiaires. "Nous avons piloté la mise en place du dispositif depuis plusieurs mois déjà", souligne l'élu. Les orientations stratégiques du RSA seront évoquées en assemblée plénière ce mardi 16 novembre 2010, dans le cadre de la présentation des orientations budgétaires 2011.
Comme pour le RMI, un partenariat sera établi avec la caisse d'allocations familiales. Elle sera chargée de la prescription et de l'entrée dans le dispositif RSA. Si une personne est immédiatement employable, elle sera orientée vers le Pole Emploi. Dans le cas contraire, elle sera orientée vers le conseil général. Le Département a également décidé de maintenir son partenariat avec l'Agence départementale d'insertion. L'ADI prendra en charge un public situé entre l'employabilité et la grande difficulté sociale. "Le conseil général de La Réunion est pour l'heure la seule collectivité des DOM à maintenir l'ADI", souligne Nassimah Dindar. "Il n'y a pas de révolution dans l'organisation du dispositif", résume Jean-Jacques Vlody. Une convention de partenariat devrait être signée avec l'ensemble des opérateurs "avant la fin décembre".

Malgré tout, les élus de la majorité départementale sont critiques à l'encontre de ce nouveau dispositif. Ils le jugent "inadapté à La Réunion, où il n'y a pas d'emploi". Jean-Jacques Vlody s'insurge : "de nombreux Réunionnais pourraient perdre un certain nombre de droits connexes". Il prend l'exemple de la CMU (couverture maladie universelle) qui profite à 300 000 Réunionnais dont 60 000 à 70 000 bénéficiaires du RMI. "Certains d'entre eux pourraient alors dépasser le plafond permettant d'en bénéficier lors du passage au RSA", explique le conseiller général. "Ils se retrouveraient alors dans une situation de grande fragilité", dénonce t-il.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !