Contrats aidés - Manifestation devant la préfecture :

Le collectif "Pou la vérité" veut la transparence


Publié / Actualisé
Une cinquantaine de personnes vêtues de noir s'est réunie devant la préfecture ce jeudi matin, 17 mars 2011, pour réclamer de la "transparence" sur la gestion des contrats aidés. Cette manifestation était organisée par le collectif "Pou la vérité" qui réunit 3 associations, Valcoré, GEIQ Propreté 974 et Citoyens contre le chik.
Une cinquantaine de personnes vêtues de noir s'est réunie devant la préfecture ce jeudi matin, 17 mars 2011, pour réclamer de la "transparence" sur la gestion des contrats aidés. Cette manifestation était organisée par le collectif "Pou la vérité" qui réunit 3 associations, Valcoré, GEIQ Propreté 974 et Citoyens contre le chik.
Pour ces associations, les contrats aidés sont un vivier "important". Elles y ont recours dans le cadre de leur mission. Mais voilà que depuis le début de l'année, "on n'arrive plus à obtenir de contrats aidés", regrette Liliane Boisedu de l'association GEIQ Propreté 974. Et pour cause, leur nombre a diminué en 2011, ce qui rend plus difficile leur attribution. Autre élément qui provoque la colère des associations, un arrêté préfectoral pris au début de l'année et qui fixe la durée des contrats aidés à 6 mois et 22 heures par semaine. "Ce n'est pas assez pour former quelqu'un", affirme Jean-Alain Cadet de l'association Citoyens contre le chik.

Les associations demandent par ailleurs la mise en place d'une instance indépendante pour l'attribution des contrats aidés. En effet, ils jugent aujourd'hui que leur attribution est "trop politisée". "Une instance indépendante permettrait d'étudier chaque dossier et d'attribuer un emploi selon les compétences exigées", explique Jean-Alain Cadet. Le collectif souhaite exposer ses revendications au préfet Michel Lalande. Une demande de rencontre a été envoyée, indiquent les représentants du collectif.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !