Saint-Denis - Manifestation des sages-femmes :

"Cigogne oui, pigeon non"


Publié / Actualisé
Suite à l'appel lancé au niveau national, une centaine de sages-femmes et étudiants sages-femmes a manifesté, ce jeudi 12 mai 2011, dans les jardins de la préfecture à Saint-Denis. Les manifestants dénoncent, entres autres, un manque de reconnaissance de la profession et l'absence de cotation de la majorité de leurs actes. En scandant "Cigogne oui, pigeon non", un cortège s'est ensuite dirigé vers le conseil général où une délégation a été reçue.
Suite à l'appel lancé au niveau national, une centaine de sages-femmes et étudiants sages-femmes a manifesté, ce jeudi 12 mai 2011, dans les jardins de la préfecture à Saint-Denis. Les manifestants dénoncent, entres autres, un manque de reconnaissance de la profession et l'absence de cotation de la majorité de leurs actes. En scandant "Cigogne oui, pigeon non", un cortège s'est ensuite dirigé vers le conseil général où une délégation a été reçue.
"Nous sommes là pour alerter les pouvoirs publics et pousser un cri d'alarme", affirme Sylvie, sage-femme libérale depuis 20 ans. Rassemblées ce jeudi matin devant la préfecture, les sages-femmes revendiquent une meilleure reconnaissance de leur profession et de leurs compétences médicales. "Nos cinq années d'études ne sont pas suffisamment reconnues, tout comme certains de nos actes", explique Sophie Durand, présidente du syndicat des sages-femmes de La Réunion.

Autre revendication des manifestantes, une revalorisation des rémunérations. "Nos salaires n'ont pas bougé depuis neuf ans", souligne Sophie Durand. "On est payé deux ou trois fois moins chère qu'un médecin pour certains de nos actes, comme la pose de stérilet par exemple", ajoute-elle.

Selon la présidente du syndicat, il y aurait également "urgence" en matière de santé publique à La Réunion. "Les indicateurs de mortalité périnatale sont mauvais et les grossesses d'adolescentes sont multipliées par 10 dans l'île", souligne-t-elle.

Les sages-femmes se sont ensuite rendues au conseil général où une délégation a été reçue.

Pour rappel, les sage-femmes assurent la surveillance médicale et l'accompagnement de la femme enceinte de la déclaration de grossesse jusqu'à l'accouchement. Elles interviennent également dans le suivi contraceptif et gynécologique. La Réunion compte 400 sages-femmes.

Émilie Sorres pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !