Arast - Mobilisation devant le conseil général :

Une troisième personne en grève de la faim


Publié / Actualisé
En soutien aux anciens salariés de l'Arast mobilisés depuis 22 jours devant le conseil général, une troisième personne a entamé une grève de la faim ce jeudi 22 décembre 2011 après-midi. Jacques Zéphir, militant du front de gauche 974 rejoint ainsi Carmen Allié et Paul Junot dans leur action, débutée ce mercredi 21 décembre. "Les gens devraient être conscients que ce n'est pas que le combat des ex-Arast. C'est un problème qui concerne tout le monde", affirme le militant du front de gauche 974. Installé dans sa camionnette devant le conseil général, il se dit lui aussi "déterminé" à poursuivre cette grève de la faim jusqu'au bout.
En soutien aux anciens salariés de l'Arast mobilisés depuis 22 jours devant le conseil général, une troisième personne a entamé une grève de la faim ce jeudi 22 décembre 2011 après-midi. Jacques Zéphir, militant du front de gauche 974 rejoint ainsi Carmen Allié et Paul Junot dans leur action, débutée ce mercredi 21 décembre. "Les gens devraient être conscients que ce n'est pas que le combat des ex-Arast. C'est un problème qui concerne tout le monde", affirme le militant du front de gauche 974. Installé dans sa camionnette devant le conseil général, il se dit lui aussi "déterminé" à poursuivre cette grève de la faim jusqu'au bout.
En grève de la faim depuis ce jeudi après-midi, Jacques Zéphir dénonce une "situation qui perdure depuis deux ans" et souligne un "combat important et justifié". Selon lui, les ex-Arast ont été utilisé comme des "tampons" entre la "réalité politique" et la "réalité quotidienne du peuple", ajoutant, que "certains ont donné plus de 30 ans de service à l'ancienne association".

Le militant du front de gauche 974 a ainsi rejoint le mouvement de grève de la faim de Carmen Allié, "citoyenne" comme elle se définit, et de Paul Junot, secrétaire général de la CFTC, entamé ce mercredi 21 décembre. Ces derniers disent avoir "une détermination absolue" dans leur action. "Quand on vous donne un capital confiance, on ne peut décevoir", indique Paul Junot.

À noter qu'une quatrième personne, Mimose Libel, ex-salarié de la structure, débutera, elle aussi, une grève de la faim demain vendredi 23 décembre.

Depuis le mercredi 30 novembre 2011, une dizaine d'anciens salariés demande une entrevue avec Nassimah Dindar, présidente du conseil général, afin de discuter de leur situation. En vain. Depuis, ils campent devant les grilles du Palais de la Source.

 Ils réclament le paiement de leurs indemnités de licenciement.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !