Mobilisation des ex-Arast :

Près d'une cinquantaine de personnes devant le conseil général


Publié / Actualisé
À la veille de Noël, la mobilisation des anciens salariés de l'Arast se poursuit. Ce samedi 24 décembre 2011 dans la matinée, près d'une cinquantaine de personnes, ex-Arast, membres d'associations, représentants politiques et particuliers, s'est rassemblée devant les grilles du Palais de la Source "pour la liberté et la justice". Ils ont demandé "le respect des droits et de la dignité des anciens salariés".
À la veille de Noël, la mobilisation des anciens salariés de l'Arast se poursuit. Ce samedi 24 décembre 2011 dans la matinée, près d'une cinquantaine de personnes, ex-Arast, membres d'associations, représentants politiques et particuliers, s'est rassemblée devant les grilles du Palais de la Source "pour la liberté et la justice". Ils ont demandé "le respect des droits et de la dignité des anciens salariés".
Alors que Nassimah Dindar a confirmé le versement dès lundi ou mardi des indemnités de licenciements de 89 ex-Arast sur 128 de l'association liquidée en novembre 2009, - ce à quoi le Département a été condamné en 2010 par le conseil des prud'hommes de Saint-Pierre -, ils étaient près d'une cinquantaine, ce samedi, à se mobiliser devant le conseil général. Représentants d'association, particuliers, et personnalités politiques à l'image de Jacqueline Farreyrol, Serge Camatchy, ou encore Vanessa Miranville... Tous sont venus apporter leur soutien à la dizaine de personnes qui campe depuis le 30 novembre devant le siège du Département. Ces dernières demandent une entrevue avec la présidente de la collectivité afin de discuter de leur situation.

"Hier vendredi, nous avons cru à une lueur d'espoir de la part du conseil général. Finalement, nous sommes toujours au même point et la lutte continue de plus belle", affirme Carmen Allié, en grève de la faim "par solidarité" aux ex-Arast depuis le mercredi 21 décembre. Elle qui qualifie le dossier de l'Arast comme "le plus gros scandale que La Réunion ait connu", assure qu'elle poursuivra ce "combat juste et noble jusqu'au bout". "Nous sommes plus que jamais déterminés", ajoute, pour sa part, Paul Junot, secrétaire départemental de la CFTC, également en grève de la faim.

Évoquant les accusations de "récupération politique" de la présidente du conseil général, Paul Junot réplique: "Quand on ne fait pas son travail, d'autres élus, toutes tendances politiques confondues, tentent de faire avancer la cause". "Certains essaient de jouer sur la désinformation et la confusion", termine-t-il.

Les manifestants ont ensuite pris tour à tour la parole.

Les ex-Arast passeront leur 24ème nuit devant les grilles de la collectivité ce samedi.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !