Mobilisation des ex-Arast :

Le Front de Gauche 974 demande au conseil général de payer


Publié / Actualisé
Dans un communiqué publié ce mercredi 28 décembre 2011, le conseil politique du Front de Gauche 974 demande à Nassimah Dindar, présidente du conseil général, et aux élus de la majorité de "s'exécuter dans les plus brefs délais de leurs devoirs, en matière pécuniaire, mais aussi, en réparation, par des excuses publiques". Des "excuses pour l'immense préjudice moral supporté par les ex-salariés de l'Arast suite aux attaques personnelles subies", commente le conseil politique.
Dans un communiqué publié ce mercredi 28 décembre 2011, le conseil politique du Front de Gauche 974 demande à Nassimah Dindar, présidente du conseil général, et aux élus de la majorité de "s'exécuter dans les plus brefs délais de leurs devoirs, en matière pécuniaire, mais aussi, en réparation, par des excuses publiques". Des "excuses pour l'immense préjudice moral supporté par les ex-salariés de l'Arast suite aux attaques personnelles subies", commente le conseil politique.
Par ailleurs, le conseil politique du Front de Gauche 974 supplie les quatre grévistes de la faim, Paul Junot, secrétaire général de la CFTC, Carmen Allié, Jacques Zéphir, militant du Front de Gauche 974, et Mimose Libel, ex-Arast, "de bien vouloir arrêter leur action". "Rien, pas même l'autisme de ceux qui leur devraient au moins le respect, ne peut justifier de mettre sa santé volontairement en danger. Nous pensons à l'inquiétude de leurs enfants, de leurs petits enfants, qui s'attendent plutôt en cette période de fêtes à les voir les rejoindre dans un moment de bonheur partagé au milieu de leurs proches", souligne-t-il.

Enfin, le Front de Gauche 974 exige la mise en place d'un dispositif, par le préfet Michel Lalande, "afin que la sécurité jour et nuit des manifestants soit assurée contre les provocations de toutes sortes".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !