Les ex-Arast devant le conseil général :

34ème jour de mobilisation


Publié / Actualisé
Les anciens salariés de l'Arast (association régionale d'accompagnement social territorialisé) ne décolèrent pas. Installée devant les grilles du conseil général, une dizaine d'entre-eux a entamé, ce lundi 2 janvier 2012, leur 34ème jour de mobilisation. Malgré la réponse favorable du conseil général à leur demande d'audience, ils se disent toujours aussi "déterminés" et n'ont pas l'intention de lever leur campement. Quant aux quatre grévistes de la faim, ils poursuivent leur action.
Les anciens salariés de l'Arast (association régionale d'accompagnement social territorialisé) ne décolèrent pas. Installée devant les grilles du conseil général, une dizaine d'entre-eux a entamé, ce lundi 2 janvier 2012, leur 34ème jour de mobilisation. Malgré la réponse favorable du conseil général à leur demande d'audience, ils se disent toujours aussi "déterminés" et n'ont pas l'intention de lever leur campement. Quant aux quatre grévistes de la faim, ils poursuivent leur action.
"En partant en vacances, le conseil général fait preuve de mépris", lance Carmen Allié. En grève de la faim depuis 13 jours maintenant par "solidarité" avec les ex-Arast, elle se dit toujours "révoltée" et "déterminée" à poursuivre l'action malgré la fatigue. Elle constate également un "soutien plus important de la population". "Les gens viennent nous voir. Ce sont toujours les mêmes mots qui reviennent comme ne lâchez pas", explique-t-elle.

De son côté, Paul Junot, secrétaire général de la CFTC, mobilisé depuis le 30 novembre aux côtés des ex-Arast, affirme que "la situation n'a pas bougé". Il rappelle, par ailleurs, être en relation avec la ligue des droits de l'Homme. Une rencontre avec Didier Lefèvre, délégué régional du Défenseur des droits de l'Homme, Dominique Baudis, est prévue cette semaine.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !