Les ex-Arast devant le conseil général :

Une 5ème personne en grève de la faim


Publié / Actualisé
En soutien aux anciens salariés de l'Arast mobilisés depuis plus d'un mois devant les grilles du palais de la Source, Patrick Fary, issu du milieu associatif réunionnais, a entamé une grève de la faim, depuis ce mardi 3 janvier 2012. Lui qui "partage ses journées" avec les manifestants affirme que "la sincérité de ces personnes l'a convaincu dans cette démarche". Selon lui, "il n'y a rien de plus assassin que de laisser des gens sur le carreau depuis deux ans", et ce, "sans rémunération". Il rejoint ainsi Paul Junot, secrétaire départemental de la CFTC, Carmen Allié, Mimose Libèle, ex-Arast, et Jacques Zéphir, militant du Front de gauche 974, qui ont cessé de s'alimenter depuis plus d'une dizaine de jours maintenant.
En soutien aux anciens salariés de l'Arast mobilisés depuis plus d'un mois devant les grilles du palais de la Source, Patrick Fary, issu du milieu associatif réunionnais, a entamé une grève de la faim, depuis ce mardi 3 janvier 2012. Lui qui "partage ses journées" avec les manifestants affirme que "la sincérité de ces personnes l'a convaincu dans cette démarche". Selon lui, "il n'y a rien de plus assassin que de laisser des gens sur le carreau depuis deux ans", et ce, "sans rémunération". Il rejoint ainsi Paul Junot, secrétaire départemental de la CFTC, Carmen Allié, Mimose Libèle, ex-Arast, et Jacques Zéphir, militant du Front de gauche 974, qui ont cessé de s'alimenter depuis plus d'une dizaine de jours maintenant.
Sur la pelouse bordant le conseil général, un mannequin gît sous un drap noir. À côté, un panneau de signalisation, portant ces mots : "À quand la première victime de votre indifférence Madame Dindar ?". Des mots afin de rappeler leur combat. Si le sapin de Noël a rougi sous l'effet du soleil, la dizaine d'ex-Arast, installée depuis plus d'un mois devant les grilles de la collectivité, ne décolère pas. Malgré la réponse favorable du conseil général à leur demande d'audience, ils n'ont pas l'intention de lever leur campement et réclament le paiement de leurs indemnités de licenciement.

Mobilisé à leur côté depuis le début du campement, Patrick Fary. Issu du milieu associatif, il a cessé de s'alimenter depuis ce mardi 3 janvier. Une décision motivée par le fait "d'avoir partagé ses journées avec ces dames" qu'il suit depuis 2010, mais aussi en sachant que "Carmen Allié, Mimose Libèle, Paul Junot et Jacques Zéphir font une grève de la faim en toute sincérité". Il affirme: "Les ex-Arast sont aujourd'hui face à deux Goliath, qui au lieu de s'affronter loyalement n'ont rien trouver de mieux que se satisfaire d'un petit jeu en laissant courir le temps". "Chaque femme devrait se reconnaître dans ces femmes", ajoute Patrick Fary.

Sur le campement toujours, si la situation n'a pas évolué, Mimose Libèle, gréviste de la faim depuis 13 jours, continue d'afficher sa "détermination". "Le moral est bon. Je me sens calme et vide, ce qui me permet d'être motivée", explique-t-elle, avant de poursuivre qu'elle se sent prête à tenir 25 jours, "s'il le faut".

De son côté, Jacques Zéphir "invite les Réunionnais à venir les voir". En réponse à certains commentaires accusant les grévistes de la faim de "faire roule carry le soir sur le trottoir", le militant du Front de gauche 974 indique qu'ils sont au régime "eau mélangé à du jus de citron, du sel et du sucre". "Ce genre de commentaires me touche énormément", confie-t-il.

Ce vendredi 6 janvier 2012, une rencontre est prévue avec Didier Lefèvre, délégué régional du Défenseur des droits de l'Homme, Dominique Baudis.

Un pique-nique pour la "fraternité" se tiendra ce samedi 7 janvier au Jardin de l'État à Saint-Denis.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !