Ex salariés de l'Arast - suite à une proposition de Nassimah Dindar :

Le conseil général bloqué


Publié / Actualisé
Nassimah Dindar, présidente du conseil général, a reçu ce vendredi 13 janvier 2012 Didier Lefèvre, représentant local du défenseur des droits de l'Homme et Arnold Louis, président de la CFTC. Suite à ces rencontres, une proposition a été émise par Nassimah Dindar. Elle a accepté d'indemniser 241 salariés qui n'ont pas entamé de procédure en contentieux devant la justice, à hauteur de 50% à la charge du conseil général et 50% à la charge des AGS. La dizaine d'anciens salariés mobilisée depuis début décembre devant le palais de la source juge cette proposition "inacceptable", car une centaine de personnes reste en attente de jugement. Ils ont alors bloqué les entrées du Département depuis 13h45 pour montrer leur mécontentement.
Nassimah Dindar, présidente du conseil général, a reçu ce vendredi 13 janvier 2012 Didier Lefèvre, représentant local du défenseur des droits de l'Homme et Arnold Louis, président de la CFTC. Suite à ces rencontres, une proposition a été émise par Nassimah Dindar. Elle a accepté d'indemniser 241 salariés qui n'ont pas entamé de procédure en contentieux devant la justice, à hauteur de 50% à la charge du conseil général et 50% à la charge des AGS. La dizaine d'anciens salariés mobilisée depuis début décembre devant le palais de la source juge cette proposition "inacceptable", car une centaine de personnes reste en attente de jugement. Ils ont alors bloqué les entrées du Département depuis 13h45 pour montrer leur mécontentement.
Les rencontre entre Nassimah Dindar et Didier Lefèvre et Arnold Louis étaient très attendues par les anciens salariés de l'Arast mobilisés devant le conseil général à Saint-Denis depuis début décembre. Ces entrevues ont bien eu lieu et ont débouché sur une proposition de la présidente du Département. Nassimah Dindar a ainsi accepté d'indemniser 241 anciens salariés de l'Arast qui n'ont jamais entamé de procédure judiciaire, à hauteur de 50% à charge du conseil général et 50% à charge des AGS. L'enveloppe totale de ces indemnités est estimée à 530 000 euros.

Si Paul Junot, représentant CFTC, en grève de la faim depuis trois semaines, reconnaît qu'un "bout de chemin a été fait", il estime que cette proposition est "insuffisante". "Notre mobilisation a fait plier le conseil général, mais on continue de nous mener par le bout du nez. Il reste encore 100 dossiers en attente. La réflexion doit se poursuivre", s'insurge-t-il. Pau Junot n'excluait pas non plus d'aller bloquer les AGS.

Pour Carmen Allié, extérieure au dossier Arast, mais en grève de la faim depuis trois semaines également, la proposition du conseil général est "scandaleuse". "C'est se foutre du monde. On a tout ou rien, mais pas les choses à moitié", fustige-t-elle.
Après avoir appris cette proposition, la dizaine de personnes mobilisée devant les grilles du Palais de la Source a donc décidé de bloquer les entrées du conseil général. Une voiture bloque ainsi l'entrée par la rue Fénelon, mais la circulation à pied reste possible.

Pendant ce temps, Nassimah Dindar s'entretenait avec Didier Lefèvre et Arnold Louis, président de l'union régionale de la CFTC. La présidente du conseil général, attendue à l'assemblée générale ordinaire d'Air Austral, a tout de même pu sortir du palais de la Source à 14h45, sous les huées d'une vingtaine d'anciens salariés de l'Arast, qui continue de bloquer les entrées du conseil général.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !