Agence postale de l'aéroport Roland Garros (Actualisé à 16 heures 30) :

Une postière en grève de la faim


Publié / Actualisé
Depuis ce mercredi 18 janvier 2012, 8 heures, une postière de l'agence de l'aéroport Roland Garros, Marie-Lise Poudroux, est en grève de la faim. L'employée se dit "victime" d'harcèlement de la part de la direction de la Poste, qui lui "impose", explique-t-elle, "une mutation". Installée devant le bureau de son agence à l'aéroport Roland Garros avec ses pancartes et ses bouteilles d'eau, Marie-Lise Poudroux est "déterminée". C'est la seule solution pour me faire entendre", affirme-t-elle.

Depuis ce mercredi 18 janvier 2012, 8 heures, une postière de l'agence de l'aéroport Roland Garros, Marie-Lise Poudroux, est en grève de la faim. L'employée se dit "victime" d'harcèlement de la part de la direction de la Poste, qui lui "impose", explique-t-elle, "une mutation". Installée devant le bureau de son agence à l'aéroport Roland Garros avec ses pancartes et ses bouteilles d'eau, Marie-Lise Poudroux est "déterminée". C'est la seule solution pour me faire entendre", affirme-t-elle.

Selon Marie-Lise Poudroux, l'affaire a commencé quand elle a eu "la maladresse de s'exprimer suite à des nuisances sonores dues à la R'Télé (la chaîne d'information de l'aéroport - ndlr)". "Maintenant, on veut me forcer à accepter une affectation à la Poste de Sainte-Marie alors que j'ai deux contrats de travail à mi temps, l'un avec la Poste et l'autre avec la chambre de commerce et d'industrie. Les deux stipulent que mon lieu de travail est l'aéroport Roland Garros", explique-t-elle. "Je vis cela comme un harcèlement et une sanction", ajoute-t-elle.



La postière relate qu'on "lui fait comprendre qu'elle serait licenciée si elle ne signait pas son affectation au bureau de Sainte-Marie". "Je ne veux pas perdre mon emploi. Cela fait 31 ans que je suis affectée à l'aéroport Roland Garros. J'ai 53 ans et il ne me reste que 10 ans à travailler. Je n'en peux plus. Comment peut-on sanctionner une personne qui fait correctement son travail ?", s'interroge-t-elle encore.



Postée devant son bureau depuis ce mercredi au matin avec une délégation du syndicat FO, Marie-Lise Poudroux n'affirme n'avoir eu "aucune nouvelle de la direction". "J'ai juste eu une petite avancée. Alors qu'il descendait d'avion, le président de la chambre de commerce, Ibrahim Patel, est venu me saluer. Il a assuré qu'il me recevra dès lundi. J'ose espérer qu'il appuiera mon dossier", commente-t-elle.

"Déterminée", la gréviste de la faim annonce qu'elle sera là dès ce jeudi au matin, mais "à l'extérieur de l'aérogare".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !