La Poste - Grève de la faim d'une employée :

La postière de l'aéroport Roland Garros toujours "motivée"


Publié / Actualisé
Deuxième jour de grève de la faim pour Marie-Lise Poudroux. Depuis ce mercredi 18 janvier 2012, la postière de l'agence postale de l'aéroport de Roland Garros a cessé de s'alimenter. Installée devant son bureau, la quinquagénaire dénonce des "pressions" de La Poste, qui lui "impose", explique-t-elle, "une mutation à l'agence de Sainte-Marie, après qu'elle ait dénoncée des nuisances sonores". "Motivée", la gréviste indique qu'"elle n'a pour l'instant aucune nouvelle de la direction de La Poste". De son côté, l'entreprise indique "travailler à trouver des solutions avec la CCIR (chambre de commerce et d'industrie de La Réunion).
Deuxième jour de grève de la faim pour Marie-Lise Poudroux. Depuis ce mercredi 18 janvier 2012, la postière de l'agence postale de l'aéroport de Roland Garros a cessé de s'alimenter. Installée devant son bureau, la quinquagénaire dénonce des "pressions" de La Poste, qui lui "impose", explique-t-elle, "une mutation à l'agence de Sainte-Marie, après qu'elle ait dénoncée des nuisances sonores". "Motivée", la gréviste indique qu'"elle n'a pour l'instant aucune nouvelle de la direction de La Poste". De son côté, l'entreprise indique "travailler à trouver des solutions avec la CCIR (chambre de commerce et d'industrie de La Réunion).
"La nuit a été très difficile. Je l'ai passé dans mon véhicule sur les linéaires devant l'aérogare", confie Marie-Lise Poudroux. Alors qu'elle entame, ce jeudi, son deuxième jour de grève de la faim devant son bureau de l'agence postale de l'aéroport Roland Garros, la postière se dit "toujours aussi motivée". "Il est hors de question que je quitte mon lieu de travail", clame-t-elle. Elle avoue avoir "plein de témoignages de ses clients".

La gréviste dit aussi "être dans le flou" car "aucun intervenant de La Poste ou de la CCIR n'est venue à sa rencontre".

Pour rappel, Marie-Lise Poudroux se dit "victime d'harcèlement" de la part de la direction de La Poste, qui lui demande, explique-t-elle, son changement d'affectation alors qu'elle possède aussi un contrat de travail avec la CCIR, et ce depuis 31 ans". Une affaire, selon elle, qui a débuté quand elle a eu "la maladresse de s'exprimer suite à des nuisances sonores dues à la chaîne d'information de l'aéroport".

De son côté, La Poste explique "travailler" actuellement en collaboration avec la chambre de commerce, second employeur de la gréviste, afin de "trouver une solution". "Dans le cadre d'une promotion, nous avons transmis à Mme Poudroux un avenant à son contrat précisant que dans l'exercice de sa nouvelle fonction, elle serait affectée au Terrain de Sainte-Marie. Elle a choisi de refuser cette promotion", précise La Poste.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !