Nuit d'incidents et d'affrontements dans plusieurs villes :

La colère s'étend


Publié / Actualisé
Nouveau constat de désolation ce vendredi 24 février 2012 sur l'île, après une troisième nuit d'incidents et d'affrontements. Malgré de multiples appels au calme lancés ce jeudi, la colère et le mal-être se sont de nouveau exprimés dans la rue dès la tombée de la nuit. Le Chaudron et le Port se sont retrouvés une nouvelle fois au c?ur des conflits, et des incidents se sont produits un peu partout sur l'île, de Saint-Pierre à Saint-André, en passant par Saint-Louis et Sainte-Marie.
Nouveau constat de désolation ce vendredi 24 février 2012 sur l'île, après une troisième nuit d'incidents et d'affrontements. Malgré de multiples appels au calme lancés ce jeudi, la colère et le mal-être se sont de nouveau exprimés dans la rue dès la tombée de la nuit. Le Chaudron et le Port se sont retrouvés une nouvelle fois au c?ur des conflits, et des incidents se sont produits un peu partout sur l'île, de Saint-Pierre à Saint-André, en passant par Saint-Louis et Sainte-Marie.
Commerces vandalisés. Poubelles renversées et incendiées, branchages enflammés, galets jonchés sur le sol, le schéma est le même, mais les barricades des émeutiers ont été installées à plusieurs endroits de l'île cette nuit.

Au Chaudron tout d'abord. Le mail et ses environs ont été plongés dans le noir. L'éclairage public a en effet été coupé après la dégradation des sources d'alimentations. Les jeunes manifestants se sont ensuite remis à défier frontalement les forces de l'ordre renforcées, les insultant et leur lançant des cocktails Molotov auxquels les grenades lacrymogènes ont répondu. L'affrontement a toutefois était moins intense que la veille. Au Port aussi, les incidents ont repris un peu plus tard dans la nuit. Un salon de coiffure situé au rez de chaussée d'un immeuble de trois étages rue Raymond Vergès, a été incendié. Incommodé par la fumée, un jeune garçon a été transporté à l'hôpital. Une adolescente a été victime d'une crise de tétanie. L'avenue Rico Carpaye a aussi été la cible des émeutiers. Les mêmes scènes de barrages et d'incendies de voitures et de poubelles ont été constatées. Au rond-point du Sacré Coeur, donnant accès à la Rivière des Galets, des voitures ont été incendiées sur la chaussée.

Mais la colère des jeunes émeutiers s'est exprimée pour la première fois un peu partout sur l'île ce jeudi soir. Dans l'Est, les barricades et les feux de poubelles se sont multipliés à Saint-André, Bras-Panon, et Saint-Benoît qui avait déjà connu des agitations mercredi soir.

Dans le Sud, à Saint-Pierre, des bandes de jeunes se sont rassemblées sur le boulodrome sur le front de mer, là où des rassemblements pacifiques avaient pris place depuis la semaine dernière. Ils se sont retrouvés dans un face-à-face très tendu avec les forces de l'ordre. A Saint-Louis, des barrages ont été installés et des commerces ont été la proie d'attaques.

A Sainte-Marie, l'Etang-Salé, et dans les quartiers dionysiens des Camélias et de Champ Fleuri, le même type d'incidents a été constaté.

Une nuit d'incidents qui reflète le malaise de la société réunionnaise actuellement. Ce vendredi 24 février 2012, une réunion aura lieu en préfecture à partir de 15 heures pour reprendre les discussions sur une éventuelle baisse des carburants pour la population. Une réunion qui s'annonce décisive quant à un retour au calme.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !