Services des finances publiques :

La CGTR dénonce le manque d'effectif


Publié / Actualisé
Un an jour pour jour après la fusillade qui a eu lieu au centre des impôts du Tampon, la CGTR Finances publiques a fait le point, lors d'un point presse, ce jeudi 3 mai 2012, sur la situation des services des finances publiques de l'île. Le syndicat a, une fois de plus, dénoncé le manque d'effectif et a rappelé que La Réunion compte un agent pour 1 000 habitants contre un agent pour 500 habitants en métropole.
Un an jour pour jour après la fusillade qui a eu lieu au centre des impôts du Tampon, la CGTR Finances publiques a fait le point, lors d'un point presse, ce jeudi 3 mai 2012, sur la situation des services des finances publiques de l'île. Le syndicat a, une fois de plus, dénoncé le manque d'effectif et a rappelé que La Réunion compte un agent pour 1 000 habitants contre un agent pour 500 habitants en métropole.
Selon Pierrick Ollivier, secrétaire départemental de la CGTR Finances publiques, malgré les revendications d'emplois supplémentaires depuis ces événements tragiques et la mise en avant de dysfonctionnements, les suppressions dans les services se poursuivent alors qu'en parallèle, "les usagers sont mécontents". Il rappelle que "les agents des finances sont là pour exécuter les décisions des politiques et ne sont pas responsables du montant des impôts".

Le syndicaliste redoute également la campagne de déclaration d'impôts sur le revenu, notant que plus de 450 000 déclarations sont attendues. "Encore une fois, nous ne sommes plus en mesure d'assumer la mission de service public qu'attendent les usagers", souligne-t-il.

Enfin, la CGTR Finances publiques demande davantage de moyens "pour lutter contre la fraude fiscale évaluée à plus de 25 milliards d'euros par la cour des comptes".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !