Le Port - Grève à la SGM (actualisé à 19 heures 40) :

La commission de conciliation suspendue


Publié / Actualisé
Les dockers de la société Georges Michel (SGM) ont entamé leur onzième jour de grève ce jeudi 21 juin 2012. Ils réclament, en effet, une revalorisation salariale. Et depuis 14 heures, la commission régionale de conciliation, convoquée par le préfet Michel Lalande, s'est réunie sous la présidence du directeur de la DIECCTE (direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi). Après plus de cinq heures, la réunion a été suspendue. Les discussions reprendront vers 21 heures 30. À noter qu'un accord portant sur une augmentation de 104 euros aurait été trouvé. Mais les débats s'achoppent sur le paiement des heures de grève. Si aucune solution n'est trouvée à l'issue de cette réunion, les grévistes menacent de durcir le ton. Un blocage total de l'enceinte portuaire n'est pas à exclure demain vendredi 22 juin 2012.
Les dockers de la société Georges Michel (SGM) ont entamé leur onzième jour de grève ce jeudi 21 juin 2012. Ils réclament, en effet, une revalorisation salariale. Et depuis 14 heures, la commission régionale de conciliation, convoquée par le préfet Michel Lalande, s'est réunie sous la présidence du directeur de la DIECCTE (direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi). Après plus de cinq heures, la réunion a été suspendue. Les discussions reprendront vers 21 heures 30. À noter qu'un accord portant sur une augmentation de 104 euros aurait été trouvé. Mais les débats s'achoppent sur le paiement des heures de grève. Si aucune solution n'est trouvée à l'issue de cette réunion, les grévistes menacent de durcir le ton. Un blocage total de l'enceinte portuaire n'est pas à exclure demain vendredi 22 juin 2012.
Cela pourrait être la réunion de la dernière chance ce jeudi après-midi. En effet, face à l'échec des négociations entre grévistes et direction, le préfet Michel Lalande avait décidé, le mardi 19 juin, de mettre en ?uvre la procédure de conciliation prévue par le code du travail, considérant qu'il était "désormais urgent de trouver un accord permettant de régler ce différend salarial" et que "la solution ne peut résulter que d'un dialogue social responsable et d'une volonté partagée des parties d'aboutir rapidement".

Ainsi, depuis 14 heures, salariés et représentants de la direction tentent de trouver une issue à ce conflit qui dure depuis le lundi 11 juin 2012. Un accord aurait été trouvé. Le salaire de base des 88 salariés pourrait alors augmenter de 104 euros. Mais les discussions s'achoppent sur le paiement ou non des jours de grève.

À noter que les grévistes, pour leur part, n'excluent pas de bloquer totalement l'enceinte portuaire si aucune solution n'est trouvée à l'issue de la réunion de conciliation.

Pour rappel, ce conflit ralentit l'activité au port-est. Ce qui a empêché le déchargement de plusieurs navires.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !