Liquidation de l'Arast :

255 724 euros d'indemnisation pour l'ancien directeur


Publié / Actualisé
L'ex-directeur de l'Arast Patrick Jaquemart sera indemnisé à hauteur de 255 724 euros pour son licenciement économique lié la liquidation de l'association à la fin novembre 2009, indique l'édition de ce vendredi 22 juin 2012 du Journal de l'île de La Réunion. Le conseil des prud'hommes de Saint-Denis a, en effet, donné raison à Patrick Jacquemart et à son avocat, Me Alain Antoine, qui avaient effectué une demande d'indemnisation à hauteur de 279 201 euros, poursuit encore le journal.
L'ex-directeur de l'Arast Patrick Jaquemart sera indemnisé à hauteur de 255 724 euros pour son licenciement économique lié la liquidation de l'association à la fin novembre 2009, indique l'édition de ce vendredi 22 juin 2012 du Journal de l'île de La Réunion. Le conseil des prud'hommes de Saint-Denis a, en effet, donné raison à Patrick Jacquemart et à son avocat, Me Alain Antoine, qui avaient effectué une demande d'indemnisation à hauteur de 279 201 euros, poursuit encore le journal.
Alors que plus de 300 ex-salariés de l'association avaient dû attendre deux ans pour se faire indemniser, cette somme risque de faire bondir. Patrick Jaquemart devrait alors toucher pas moins de 255 724 euros.

Mais, selon le JIR, cette somme ne sera pas à la charge du conseil général car le conseil des prud'hommes a estimé que c'est à l'AGS (régime de garantie des salaires) de payer la facture, au motif qu'"il n'y a pas eu de reprise des activités de l'Arast par la collectivité".

Enfin, le Journal de l'île rappelle que Patrick Jaquemart "avait signé en 2008 un avenant très avantageux prévoyant une clause de garantie de l'emploi, alors que l'association était déjà en grande difficulté financière". Un avenant indiquant que "si l'employeur décidait de rompre le contrat, il devrait verser des dommages et intérêts, soit 24 mois de salaires, comme revenu de remplacement".
   

1 Commentaire(s)

Vali , Posté
Ca veut dire que le directeur de l'ARAST percevait un salaire de 10.600 euros mensuels. Un véritable scandale. En plus il a eu le culot de signer ce fameux avenant. Tout cela avec la complicité des autorités et des élus qui géraient l'ARAST. Jusqu'à quand va t-on cautionner de telles inepties pour ne pas dire de tels détournements de fonds publics?