Sainte-Suzanne :

Grève : la situation est toujours bloquée chez Carrefour


Publié / Actualisé
Aucune avancée n'a eu lieu de samedi 11 mai 2013 dans le conflit qui oppose le personnel grévistes à la direction de Carrefour Sainte-Suzanne. Tôt ce matin, un huissier s'est rendu sur le site de la grande surface. "La direction veut nous faire coincer par la justice pour entrave à la liberté du travail. C'est ridicule, elle ferait mieux de venir négocier sérieusement avec les travailleurs" s'insurge un syndicaliste. Rappelons qu'à la grande satisfaction des grévistes, ce vendredi après-midi, le tribunal de grande instance de Saint-Denis a rejeté la requête de la direction, demandant la levée du piquet de grève et l'a condamnée à payer 3 000 euros de frais de justice. La réunion qui a eu lieu à l'issue de ce jugement n'a rien donné et les grévistes ont décidé de durcir leur mouvement en installant des barrages filtrants aux entrées de parking de la grande surface.
Aucune avancée n'a eu lieu de samedi 11 mai 2013 dans le conflit qui oppose le personnel grévistes à la direction de Carrefour Sainte-Suzanne. Tôt ce matin, un huissier s'est rendu sur le site de la grande surface. "La direction veut nous faire coincer par la justice pour entrave à la liberté du travail. C'est ridicule, elle ferait mieux de venir négocier sérieusement avec les travailleurs" s'insurge un syndicaliste. Rappelons qu'à la grande satisfaction des grévistes, ce vendredi après-midi, le tribunal de grande instance de Saint-Denis a rejeté la requête de la direction, demandant la levée du piquet de grève et l'a condamnée à payer 3 000 euros de frais de justice. La réunion qui a eu lieu à l'issue de ce jugement n'a rien donné et les grévistes ont décidé de durcir leur mouvement en installant des barrages filtrants aux entrées de parking de la grande surface.

Pour rappel, les salariés de Carrefour Sainte-Suzanne sont en grève depuis ce mardi 30 avril 2013. Ils protestent contre l'échec des NAO (négociations annuelles obligatoires). Ils réclament une augmentation de salaire de 50 euros – la direction propose 20 euros -, l'obtention de tickets restaurants à 20 euros par mois et la prise en charge de la mutuelle par l’entreprise.

 

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !