Aide aux plus démunis :

Le Port - Une épicerie solidaire ouvre ses portes


Publié / Actualisé
Dans le cadre de la convention territoriale globale signée en 2010 avec la CAF (Caisse d'allocations familiales), la ville du Port a ouvert une épicerie solidaire dans la rue de la Glacière. Ce type de structure vise à apporter une aide, principalement alimentaire, à un public en difficulté économique, fragilisé ou exclu. Il s'agit aussi d'aider ce public en difficulté à mieux gérer son budget et à mieux s'alimenter.
Dans le cadre de la convention territoriale globale signée en 2010 avec la CAF (Caisse d'allocations familiales), la ville du Port a ouvert une épicerie solidaire dans la rue de la Glacière. Ce type de structure vise à apporter une aide, principalement alimentaire, à un public en difficulté économique, fragilisé ou exclu. Il s'agit aussi d'aider ce public en difficulté à mieux gérer son budget et à mieux s'alimenter.

Une épicerie solidaire a vu le jour au Port. Située rue de la Glacière (à proximité du commissariat), elle a ouvert ses portes à la mi-janvier 2013, dans le cadre de la convention territoriale globale signée entre la commune portoise et la Caisse d’Allocations Familiales (CAF).

"Les épiceries solidaires viennent en aide aux personnes en situation de grande précarité", note Jean-Louis Angella, coordonateur de la convention territoriale globale. Dans des espaces aménagés en libre-service, aussi proches que possible d’un magasin d’alimentation générale, les épiceries solidaires mettent à disposition de leurs bénéficiaires des produits variés et de qualité moyennant une faible participation financière. "Il s’agit d’une épicerie qui permet aux plus démunis d’acquérir des denrées alimentaires et des produits d’hygiène pour un prix équivalent à 10% de leur valeur commerciale", explique Jean-Louis Angella.

Parmi les bénéficiaires des épiceries solidaires, on retrouve des mères de famille devant assurer seules la charge de leurs enfants, de jeunes étudiants, des retraités, ainsi que des personnes victimes d’accidents de la vie et touchées par la précarité. "Il s’agit d’apporter une aide alimentaire, mais aussi d’aider les personnes à mieux gérer leur budget", indique Jean-Louis Angella.

Une aide alimentaire, mais aussi des conseils

Ainsi, l'offre alimentaire des épiceries n'est que le prétexte d'une action solidaire plus vaste. Ce type de structure se veut un lieu d'accueil, d'écoute et d'échanges, aidant les personnes à retrouver, ou à renforcer, l'estime d'elles-mêmes et l'envie de se tourner vers le monde extérieur. Les épiceries solidaires peuvent organiser de nombreuses activités, afin de donner à chacun la conscience de sa valeur et de ses compétences : ateliers de cuisine, ateliers d'esthétique, ou encore ateliers enfants-parents, permettant aux bénéficiaires de reconstruire des liens et de prendre conscience de leur valeur.

Le coup de pouce alimentaire apporté par l’épicerie solidaire est ainsi un moyen d'aborder d'autres questions : la santé, l'éducation, le logement, la culture, l'emploi, la gestion du quotidien...

Chaque usager est amené à définir, avec un travailleur social ou un responsable de la structure, un projet qu'il souhaite mener à bien pendant la durée d'accès à l'épicerie. Grâce au faible coût des produits de consommation courante, une part plus importante du budget peut être consacrée à un projet, une amélioration de la vie quotidienne : réparer sa voiture pour pouvoir continuer à travailler, offrir des vacances ou des sorties à ses enfants, améliorer la décoration de sa maison, ou simplement mieux manger.
La durée d'accès à l'épicerie est définie en fonction de ce projet. En général, elle est de 3 mois, renouvelable. Elle dépasse rarement 6 mois.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !