Sermat - Négociations au point mort - Le port-est toujours bloqué :

Danio Ricquebourg (CGTR) : "il y a des requins au Port"


Publié / Actualisé
La réunion de négociations entre la direction du GIE Sermat et les dockers a été vaine ce mardi 14 mai 2013. Aucune solution n'a été trouvée à l'issue de plus d'une heure de discussions. Les deux parties campent sur leur position. D'un côté, le maintien du plan social portant sur le licenciement de 19 salariés et le transfert du personnel restant au sein d'une autre société pour le patronat. De l'autre, la mise à plat des comptes afin de vérifier la réalité des difficultés financières du GIE Sermat et le refus des licenciements pour les dockers. À sa sortie, la direction a, d'ailleurs, été huée par les grévistes. Pour sa part, Danio Ricquebourg de la CGTR Sermat a lancé ironiquement : "on veut mettre en place des captures de requins. Il faut venir au Port". Par ailleurs, les dockers ont annoncé qu'ils traiteront les conteneurs frigorifiques en souffrance sur les quais et appellent les propriétaires à venir les récupérer.
La réunion de négociations entre la direction du GIE Sermat et les dockers a été vaine ce mardi 14 mai 2013. Aucune solution n'a été trouvée à l'issue de plus d'une heure de discussions. Les deux parties campent sur leur position. D'un côté, le maintien du plan social portant sur le licenciement de 19 salariés et le transfert du personnel restant au sein d'une autre société pour le patronat. De l'autre, la mise à plat des comptes afin de vérifier la réalité des difficultés financières du GIE Sermat et le refus des licenciements pour les dockers. À sa sortie, la direction a, d'ailleurs, été huée par les grévistes. Pour sa part, Danio Ricquebourg de la CGTR Sermat a lancé ironiquement : "on veut mettre en place des captures de requins. Il faut venir au Port". Par ailleurs, les dockers ont annoncé qu'ils traiteront les conteneurs frigorifiques en souffrance sur les quais et appellent les propriétaires à venir les récupérer.

Ce mardi après-midi, lors de ces négociations, il s’agissait de trouver une solution à la grève des travailleurs de la Sermat qui paralysent l’enceinte portuaire depuis le 3 mai dernier. Et une nouvelle fois, les discussions n’ont rien donné.

En effet, le patronat maintient son plan social portant sur le licenciement de 19 salariés et le transfert du personnel restant au sein d'une autre société. La CGTR est opposée à ces deux décisions et réclame une mise à plat des comptes afin de vérifier la réalité des difficultés financières du GIE Sermat.

À l’issue des discussions, l’organisation syndicale s’est, une nouvelle fois, montrée virulente à l’encontre de ces entreprises qui "défiscalisent à tour de bras puis abandonnent des salariés". "On veut capturer des requins, il y en a au Port", a même lâché Danio Ricquebourg. Il a réaffirmé vouloir de la transparence sur les comptes des trois sociétés. "Nous voulons savoir ce qui cache", a-t-il poursuivi, avant de rappeler que les "grévistes ont fait des concessions".

Le dialogue entre les deux parties est à nouveau rompu.

Pour rappel, ce lundi malgré une réunion de trois heures entre la direction et les grévistes, aucune avancée n'a été enregistrée.

Par ailleurs, dans un communiqué publié ce mardi après-midi, Jean-Bernard Caroupaye, président de la FNTR (fédération nationale des transporteurs routiers) estime que la stuation actuelle "a des conséquences catastrophiques sur l’activité des transporteurs". Il souligne que "le manque à gagner est énorme surtout notre profession est déjà extrêmement touchée par la crise". Il demande une reprise du dialogue entre les différents acteurs du conflit et il prévient : "si aucune issue favorable n’est trouvée, nous n’excluons pas la possibilité d’une mobilisation des transporteurs dans le Port afin de sensibiliser et d’alerter les pouvoirs publics sur une situation qui n’a que trop duré".

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    2 Commentaire(s)

    Justice, depuis son mobile, Posté
    Mais qui dirige ce pays, le capitalisme,Les grands patron, ce conflit est le reflet de notre societe reunionnaise, mais que fait le prefet ?
    Requin, depuis son mobile, Posté
    Des grands requins blanc