Conflit à la Sermat et à Carrefour Sainte-Suzanne, grève dans la fonction publique territoriale... :

Jeudi de toutes les tensions


Publié / Actualisé
C'est une journée au climat social particulièrement tendu qui est prévue ce jeudi 16 mai 2013. Alors que les salariés grévistes de Carrefour Sainte-Suzanne se retrouvent à nouveau devant le tribunal, direction du GIE (groupement d'intérêt économique) Sermat et dockers tenteront de se mettre d'accord lors d'une nouvelle médiation, après l'échec de plusieurs réunions de négociations. En attendant, l'enceinte portuaire est toujours quasi paralysée. Ce qui inquiète les organisations patronales et socio-professionnelles, la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion et la chambre des métiers. Ces dernières se rassemblent devant la préfecture à 14 heures 30. Par ailleurs, la CGTR appellent à la grève ce jour dans la fonction publique territoriale. Le syndicat réclame la titularisation de 25 000 agents considérés comme précaires à La Réunion.
C'est une journée au climat social particulièrement tendu qui est prévue ce jeudi 16 mai 2013. Alors que les salariés grévistes de Carrefour Sainte-Suzanne se retrouvent à nouveau devant le tribunal, direction du GIE (groupement d'intérêt économique) Sermat et dockers tenteront de se mettre d'accord lors d'une nouvelle médiation, après l'échec de plusieurs réunions de négociations. En attendant, l'enceinte portuaire est toujours quasi paralysée. Ce qui inquiète les organisations patronales et socio-professionnelles, la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion et la chambre des métiers. Ces dernières se rassemblent devant la préfecture à 14 heures 30. Par ailleurs, la CGTR appellent à la grève ce jour dans la fonction publique territoriale. Le syndicat réclame la titularisation de 25 000 agents considérés comme précaires à La Réunion.

Ainsi, ce jeudi, trente salariés grévistes de Carrefour Sainte-Suzanne ont, une nouvelle fois, rendez-vous devant le tribunal de grande instance de Saint-Denis. Ces derniers ont été assignés en justice par la direction de la grande surface mais aussi par les commerçants de la galerie commerciale. Vendredi dernier, ce même tribunal avait rejeté la requête de la direction de Carrefour, qui estimait perdre 40 000 euros par jour depuis le début du conflit. Il s’était déclaré incompétent et avait demandé de se pourvoir dans la bonne juridiction.

En attendant, la guerre d’usure entre la direction et les grévistes se poursuit. Après avoir bloqué totalement ce mercredi les accès menant au parking de la grande surface, ils ne décolèrent pas et entament leur 16ème jour de grève. Ils continuent de réclamer 50 euros d’augmentation de salaire, l'obtention de tickets restaurants à 20 euros par mois et la prise en charge de la mutuelle par l’entreprise.

Par ailleurs, ce jeudi, les dockers et la direction du GIE Sermat se retrouvent à nouveau dans les locaux de la direction du travail pour une médiation. Mardi, la réunion de négociations avait été vaine. Les deux parties avaient campé sur leur position. Le patronat a maintenu son plan social portant sur le licenciement de 19 salariés et le transfert du personnel restant au sein d'une autre société. La CGTR est opposée à ces deux décisions et réclame une mise à plat des comptes afin de vérifier la réalité des difficultés financières du GIE Sermat.

Ce matin, deux propositions seront émises par la direction du travail. Des propositions allant dans le sens des dockers. En effet, la direction du travail préconise la mise en place rapide d’une expérimentation pour un service internalisé à la Sermat concernant 12 des 18 chariots cavaliers jusqu’en septembre 2014. Concernant les six autres chariots, la maintenance continuerait à être réalisée par en externe par SRMP/DMP avec ou sans une mise à disposition des 8 salariés de Sermat. Ce qui permettrait de "faire vivre les deux systèmes en parallèle pour mieux les évaluer par une mission d’expertise indépendante". La direction du travail a également proposé la mise en place immédiate d’un processus de consultation des instances représentatives du personnel sur l’activité du GIE et ses conséquences sur l’emploi et la transmission de tous les documents.

Depuis le début du conflit, plus d’un millier de conteneur sont en attente de traitement sur les quais et les bateaux déroutés vers les ports de la zone. Les grévistes ont, toutefois, accepté de laisser sortir les denrées périssables de l’enceinte portuaire.

Cette paralysie de l’activité du port inquiète les organisations patronales et socio- professionnelles, la chambre de commerce et d’industrie de La Réunion et la chambre des métiers. Face à cette situation, qu’elles qualifient de "grave", ces dernières se mobilisent en appelant les entrepreneurs à se rassembler pacifiquement à 14 heures 30 devant la préfecture. Une délégation remettra alors au préfet Jean-Luc Marx une motion demandant que "des mesures soient prises pour rétablir la liberté de circulation des marchandises".

Enfin, la CGTR appelle à la grève dans la fonction publique territoriale ce jour. Le syndicat réclame la titularisation de 25 000 agents considérés comme précaires à La Réunion au sein de la fonction publique territoriale. Il demande l'application de la loi du 12 mars 2012 pour l'accès à l'emploi titulaire. Un rassemblement est prévu devant la préfecture. À noter que la CGTR songerait également à déposer un préavis de grève illimitée pour la future rentrée, en août 2013 si la situation n'évolue pas.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !