Le port-est toujours paralysé (actualisé à 19 heures 51) :

Sermat : vers la fin du conflit


Publié / Actualisé
Vers 19 heures 50, ce mardi 21 mai 2013, Danio Ricquebourg, délégué syndical de la CGTR Sermat, est sorti de la salle de la réunion. Ce dernier a indiqué qu'il allait lire le projet de protocole de fin de conflit aux dockers de la Sermat, restés à l'extérieur. Et ce, "par respect" après leur 19 jours de grève. "S'il y a lieu de revenir, je reviendrai pour la signature", a-t-il ajouté, avant de rejoindre la "base".
Vers 19 heures 50, ce mardi 21 mai 2013, Danio Ricquebourg, délégué syndical de la CGTR Sermat, est sorti de la salle de la réunion. Ce dernier a indiqué qu'il allait lire le projet de protocole de fin de conflit aux dockers de la Sermat, restés à l'extérieur. Et ce, "par respect" après leur 19 jours de grève. "S'il y a lieu de revenir, je reviendrai pour la signature", a-t-il ajouté, avant de rejoindre la "base".

19 heures 20 : la réunion de négociations entre les dockers et la direction du GIE Sermat a, une nouvelle fois, été suspendue. "Des choses restent encore à être calé. Nous devons discuter", a déclaré Jean Brac de la Perrière, président de la Sermat, et directeur de la SGM, à sa sortie de la salle de réunion. Rappelons que les dockers de la Sermat ont entamé ce mardi leur 19e jour de grève.

18 heures 15 : les négociations entre les dockers et la direction du GIE Sermat ont repris. La réunion avait été suspendue pendant plus d’une heure.

17 heures 20 : la réunion de négociations entre les dockers et la direction du GIE Sermat a été suspendue pour une vingtaine de minutes. À sa sortie, Michel Séraphine, secrétaire général de la CGTR Ports et Docks, a indiqué "espérer que cela était en bonne voie". "Je pense que nous n’en avons plus pour très longtemps", a, pour sa part, affirmé Alix Séry, le médiateur dans ce conflit. Il a ensuite souligné que "les deux parties allaient rédiger, chacune, les choses à sa manière" avant une confrontation des écrits. Les négociations, entamées depuis 15 heures, semblent donc bien engagées.

15 heures 05 : Alix Séry rencontre dockers et direction du GIE (groupement d'intérêt économique) Sermat. Elle a démarré avec une heure de retard, au Port dans les bureaux du Grand Port Maritime. En cause: un retard des dockers. "Nous avons reçu un document et de nouvelles propositions. Il a fallu que nous les étudions. Notre retard ne peut s'expliquer que par cela", a déclaré Danio Ricquebourg, délégué syndical CGTR Sermat, à son arrivée. Par ailleurs, toujours avant le début de cette rencontre, Jean Brac de la Perrière, président de la Sermat, et directeur de la SGM,a, pour sa part, indiqué que les acconiers agissent en responsabilité, pour trouver une solution à ce conflit qui fait mal à La Réunion et que nous espérons voir régler le plus vite possible". Il a également souligné que les deux parties sont "là pour travailler".

Pour rappel, ces deux derniers jours, Alix Séry, le médiateur nommé samedi par le préfet Jean-Luc Marx, a pris contact avec les dockers et les acconiers. Il a la lourde tâche de concilier leurs positions afin de mettre fin au blocage du port-est.

En effet, s’ils se disent prêts à discuter, les grévistes refusent catégoriquement les licenciements. Ils exigent que les acconiers prennent en compte la proposition de l'internalisation d'exploitation de 12 des 18 chariots cavaliers. Tant que cette proposition – émise par la DIECCTE et qui permettrait de sauver les 19 emplois menacés -, n’est pas prise en compte par ces derniers, les dockers affirment qu’ils ne reprendront pas le travail.

Conscients des conséquences du blocage du port-est depuis le début du conflit le 3 mai dernier, les dockers ont accepté de décharger, ce mardi, trois conteneurs de médicaments, à quai depuis le début de la grève. Un engagement qui avait été pris ce lundi, à condition d’avoir liste de conteneurs prioritaires établie par le préfet Jean-Luc Marx. "Nous ne sommes pas égoïstes. Nous n’avons d’ailleurs pas attendu le préfet pour laisser sortir le riz de la coopérative solidaire et les denrées périssables. Nous souhaitons aussi une reprise de l’activité dans l’intérêt général et celui des petites et moyennes entreprises", avait alors souligné Danio Ricquebourg, délégué syndical CGTR Sermat, lors d’un point presse.

Par ailleurs, un expert de la fédération nationale CGT Ports et Docks arrive ce mardi afin de se pencher sur le dossier de la Sermat.

Vendredi dernier, la 6e réunion de négociations entre grévistes et direction du GIE Sermat n’avait pas abouti.

Conséquences : le port-est continue d'être paralysé. Plus d'un millier de conteneurs sont toujours en attente de traitement.

À noter qu’en solidarité aux grévistes de la Sermat, les dockers de la SGM ont refusé, ce mardi, de décharger un bateau, avec à son bord des voitures.

www.ipreunion.com

 

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !