Échec des négociations annuelles obligatoires :

Automobiles Réunion : deuxième jour de grève


Publié / Actualisé
Les salariés d'Automobiles Réunion (Renault) du Port, Saint-Paul et Saint-Denis ont entamé leur deuxième jour de grève ce jeudi 6 juin 2013. Ils protestent contre l'échec des NAO (négociations annuelles obligatoires) et réclament une revalorisation salariale. Selon Giovanni Bourice, délégué syndical CGTR chez Automobiles Réunion, la situation n'a pas bougé depuis ce mercredi. "Le directeur nous fuit", souligne-t-il. À noter qu'un huissier de justice s'est rendu ce mercredi et jeudi sur le site d'Automobiles Réunion à Saint-Denis, où un piquet de grève a été installé.
Les salariés d'Automobiles Réunion (Renault) du Port, Saint-Paul et Saint-Denis ont entamé leur deuxième jour de grève ce jeudi 6 juin 2013. Ils protestent contre l'échec des NAO (négociations annuelles obligatoires) et réclament une revalorisation salariale. Selon Giovanni Bourice, délégué syndical CGTR chez Automobiles Réunion, la situation n'a pas bougé depuis ce mercredi. "Le directeur nous fuit", souligne-t-il. À noter qu'un huissier de justice s'est rendu ce mercredi et jeudi sur le site d'Automobiles Réunion à Saint-Denis, où un piquet de grève a été installé.

Les grévistes réclament, entre autres, 35 euros brut d'augmentation de salaire, 650 euros de prime exceptionnelle et un bon d'achat de 150 euros.

Pour rappel, l’an dernier, un mouvement de grève avait également touché les quatre concessions de Saint-Pierre, Saint-Paul, Le Port et Saint-Denis, d'Automobiles Réunion suite à l’échec des NAO. Après huit jours de grève, la CGTR auto-moto avait obtenu la répartition d’une enveloppe de 290 000 euros, au lieu des 310 000 euros demandés, sur deux cent salariés, soit une augmentation de salaire de 111 euros par personne.

www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !