Social - La grève se poursuit à Renault :

Automobiles Réunion : la direction assigne en justice une trentaine de salariés


Publié / Actualisé
La direction d'Automobiles Réunion, concessionnaire de Renault, a décidé d'assigner en justice une trentaine de salariés pour entrave à la liberté du travail. Les assignations ont été déposées sur le site de l'entreprise à Saint-Denis ce jeudi matin 13 juin 2013. L'audience aura lieu ce vendredi 14 juin après-midi. "La direction fait cela alors que la reprise des négociations était prévue pour la fin de cette matinée" lance, très remonté, Giovanni Bourice, délégué CGTR. "Ces méthodes sont d'autant moins acceptables que nous n'entravons pas les accès de l'entreprise, mais comme nous sommes des personnes responsables nous allons quand même nous asseoir à la table des négociations" ajoute-t-il. Lesquelles négociations n'auront finalement pas duré très longtemps. La délégation est entrée en réunion à 11 heures. Elle en est ressortie moins de 20 minutes plus tard. Aucune avancée n'a eu lieu. La grève a été reconduite
La direction d'Automobiles Réunion, concessionnaire de Renault, a décidé d'assigner en justice une trentaine de salariés pour entrave à la liberté du travail. Les assignations ont été déposées sur le site de l'entreprise à Saint-Denis ce jeudi matin 13 juin 2013. L'audience aura lieu ce vendredi 14 juin après-midi. "La direction fait cela alors que la reprise des négociations était prévue pour la fin de cette matinée" lance, très remonté, Giovanni Bourice, délégué CGTR. "Ces méthodes sont d'autant moins acceptables que nous n'entravons pas les accès de l'entreprise, mais comme nous sommes des personnes responsables nous allons quand même nous asseoir à la table des négociations" ajoute-t-il. Lesquelles négociations n'auront finalement pas duré très longtemps. La délégation est entrée en réunion à 11 heures. Elle en est ressortie moins de 20 minutes plus tard. Aucune avancée n'a eu lieu. La grève a été reconduite

"Il est impossible de discuter avec ce directeur. Il nous a dit clairement "nous vous proposons 1% d'augmentation et rien de plus, faites autant de jours de grève qu'il vous plaira, cela ne changera rien". Il est intransigeant et bien nous le serons aussi" déclarait fermement Giovanni Bourice à l'issue de la négociation avortée. La poursuite de la grève  été votée à l'unanimité par les grévistes.

"C'est la première fois à Renault que nous avons à faire face à un tel comportement de la direction. Notre directeur veut entamer un bras de fer, cela ne nous impressionne pas. Nous tiendrons le coup, le temps qu'il faut" ajoute le délégué syndical. Il souligne que le personnel est toutefois prêt à reprendre les négociations à tout moment.

Pour rappel, les salariés sont en grève  depuis le mercredi 12 juin 2013. Ils  réclament 35 euros brut d'augmentation de salaire, 650 euros de prime exceptionnelle et un bon d'achat de 150 euros.

www.ipreunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !