Les experts doivent rendre leur rapport ce lundi 28 octobre :

Nouvelles menaces sur la Sermat


Publié / Actualisé
Les salariés de la Sermat ont prévu de se rassembler ce lundi 28 octobre 2013 dans la cour de l'ancien port, devant les locaux où les deux experts mandatés suite au protocole de fin de conflit du mois de mai dernier doivent rendre leur rapport. "Cet audit, c'est un joujou du patron", affirme Danio Ricquebourg, délégué syndical de la CGT Sermat. "Il y a une volonté de casser la Sermat, mais on ne va pas se laisser faire", ajoute-t-il...
Les salariés de la Sermat ont prévu de se rassembler ce lundi 28 octobre 2013 dans la cour de l'ancien port, devant les locaux où les deux experts mandatés suite au protocole de fin de conflit du mois de mai dernier doivent rendre leur rapport. "Cet audit, c'est un joujou du patron", affirme Danio Ricquebourg, délégué syndical de la CGT Sermat. "Il y a une volonté de casser la Sermat, mais on ne va pas se laisser faire", ajoute-t-il...

L’audit des experts n’est pas encore rendu, mais déjà la résistance s’organise du côté des salariés de la Sermat. Une réunion du personnel doit ainsi avoir lieu ce samedi 26 octobre, prélude au rassemblement de lundi. Car c’est ce lundi que seront connues les conclusions des deux experts – l’un pour l’aspect comptable, l’autre pour l’aspect organisationnel – mandatés en mai dernier suite au protocole d’accord ayant découlé du conflit ayant paralysé le Port-Est pendant 19 jours. Des conclusions sur lesquelles les salariés ne se font guère d’illusions.

"Nous n’avons rien contre les experts, mais La Réunion étant une île fermée, comment voulez-vous qu’un expert réunionnais donne raison aux salariés ? Il se retrouverait ensuite sans travail et en liquidation...", estime Danio Ricquebourg. Le délégué syndical de la CGT Sermat n’accorde ainsi que très peu de crédit au rapport qui va être rendu : "On ne s’attend à aucune surprise, ni à aucune déception. On sait très bien que cela participe de la politique de casse de la Sermat. On n’a pas besoin d’audit pour savoir qu’on nous a sacrifiés depuis 2005."

Les salariés dénoncent ainsi une situation qui n’a pas changé malgré le comité de suivi et d’évaluation mis en place. "On en a fait toute une histoire, en disant que le dialogue était rétabli, mais à aucun moment on a senti une volonté du patron dans ce sens. Le dialogue sert surtout à nous faire avaler des couleuvres avec le sourire", considère Danio Ricquebourg.

A l’image de la question des départs volontaires, une disposition là aussi prévue dans le protocole d’accord. "Nous avons donné les noms de 7 camarades qui n’en peuvent plus, qui sont fatigués, mais ils ont fait traîner les choses pendant 4 mois", déclare le délégué syndical. "Ensuite la direction a voulu mettre en place en plan social de sauvegarde, donc de licenciement, mais nous avons mis notre veto. Ils veulent nous rouler dans la farine", précise-t-il.

C’est pourquoi les salariés sont bien décidés à montrer leur détermination ce lundi. "Il y a une volonté de casser la Sermat, mais on ne va pas se laisser faire, ce n’est pas dans notre tempérament", confirme Danio Ricquebourg. "L’audit n’est qu’un moyen pour le patron de se justifier alors qu’il n’a respecté aucun accord depuis 8 ans !", peste-t-il.

Pour l’instant seul un rassemblement de salariés est prévu. Mais il pourrait suffire d’une étincelle pour rallumer la mèche de la grève et d’un blocage du port. "On n’en sait rien, je ne sais pas ce que vont décider les camarades, ça dépend de beaucoup de choses...", confie l’homme de la CGT Sermat.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !