L'agence de santé océan Indien met en garde :

Leptospirose : risque accru de contamination avec l'été austral


Publié / Actualisé
L'agence de santé océan Indien (ARS OI) renouvelle sa mise en garde contre la leptospirose, une maladie très dangereuse transmise notamment par les rats. L'été austral accroit encore le danger, note l'ARS OI dans un communiqué avant de donner plusieurs conseils de prudence. Depuis janvier 2013, 59 personnes ont été contaminées par la leptospirose à La Réunion et quatre décès ont été enregistrés. Les symptômes de la maladie peuvent être une fièvre élevée, des maux de tête ou des douleurs musculaires, articulaires ou abdominales.
L'agence de santé océan Indien (ARS OI) renouvelle sa mise en garde contre la leptospirose, une maladie très dangereuse transmise notamment par les rats. L'été austral accroit encore le danger, note l'ARS OI dans un communiqué avant de donner plusieurs conseils de prudence. Depuis janvier 2013, 59 personnes ont été contaminées par la leptospirose à La Réunion et quatre décès ont été enregistrés. Les symptômes de la maladie peuvent être une fièvre élevée, des maux de tête ou des douleurs musculaires, articulaires ou abdominales.

D’après l’agence de santé océan Indien (ARS OI), la saison des pluies est une période à haut risque pour contracter la maladie. Cette maladie est causée par une bactérie souvent présente chez les rongeurs et notamment les rats. L’ARS OI conseille d’utiliser des équipements adaptés (gants, bottes ou chaussures fermées et vêtements longs) lors des activités à risque (jardinage, travaux d’élevage, pêche…), notamment en eau douce après de fortes pluies ou lorsque l’eau est trouble. L’agence ajoute que les plaies doivent être protégées, nettoyées et désinfectées.

"Les premiers mois de l’année présentent des conditions de température et de pluviométrie propices à la survie dans l’environnement des bactéries responsables de cette maladie " indique l’ARS OI.  " La maladie peut se contracter dans un environnement humide contaminé par les urines des rats (boues, flaques d’eau, eaux stagnantes en bord de ravines). La bactérie entre dans l’organisme par la peau en cas de coupures ou de plaies. ", ajoute l’agence de santé.

Des actions de préventions sont mises en place par l’ARS OI. Différents supports de communication - affiches, flyers etc - , sont mis en circulation afin de sensibiliser le public à la nécessité de se protéger.

Raphaëlle Sochon pour www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !