Michel Séraphine passe la main à Danio Riquebourg :

Une page se tourne à la CGTR Ports et Docks


Publié / Actualisé
Fondateur et secrétaire général historique du Syndicat général des docks CGTR, devenu ensuite la Fédération CGTR Ports et Docks, Michel Séraphine va passer la main à son adjoint Danio Riquebourg lors d'une assemblée générale prévue ce vendredi 7 mars 2014. Une passation de pouvoir lourde de symboles qui se déroulera au cinéma Casino du Port, 20 ans jour pour jour après que le docker Théo Hilarion a reçu une balle dans l'oeil tirée par un gendarme.
Fondateur et secrétaire général historique du Syndicat général des docks CGTR, devenu ensuite la Fédération CGTR Ports et Docks, Michel Séraphine va passer la main à son adjoint Danio Riquebourg lors d'une assemblée générale prévue ce vendredi 7 mars 2014. Une passation de pouvoir lourde de symboles qui se déroulera au cinéma Casino du Port, 20 ans jour pour jour après que le docker Théo Hilarion a reçu une balle dans l'oeil tirée par un gendarme.

Ce vendredi 7 mars 2014, une page d’histoire va se tourner dans le monde du syndicalisme portuaire. Après 23 ans de bons et loyaux services à la tête de la CGTR Ports et Docks, Michel Séraphine va en en effet passer le témoin à son adjoint Danio Riquebourg.

Le 21 décembre 1991, Michel Séraphine fut à l’origine de la création de la fédération CGTR Ports et Docks. Il en sera pendant plus de 20 ans un secrétaire général ferme dans ses convictions, n’hésitant pas à donner de la voix. Ce qui lui a valu de gagner la confiance et l'amitié des dockers, ainsi que le respect de ses interlocuteurs, acconiers comme élus.

Ce vendredi, c’est donc Danio Riquebourg, secrétaire général adjoint, qui reprendra les rênes de la CGTR Ports et Docks laissés par Michel Séraphine. Ce dernier avait d’ailleurs déjà pris un peu de recul ces dernières années, mais avait apporté une grande contribution au règlement du conflit de la Sermat ayant paralysé le port Est durant trois semaines au mois de mai 2013.

Pour entériner cette passation de pouvoir, la CGTR Ports et Docks a choisi le lieu symbolique du cinéma Casino du Port. Un endroit emblématique des luttes sociales portoises et réunionnaises, qui a vu notamment la naissance du parti communiste réunionnais en 1959 mais aussi celle de plusieurs fédérations de la CGTR.

Autre symbole, ce passage de témoin se déroulera 20 ans jour pour jour après l’affaire Théo Hilarion, ce docker ayant perdu un œil après avoir reçu en pleine figure une balle tirée par un gendarme avec une arme non réglementaire en opération de maintien de l'ordre. Le drame s'était produit le 7 mars 1994 devant l'enceinte du port Est en plein conflit social entre les dockers et les acconiers. Soutenus par la CGTR, les dockers refusaient le changement  de statut voulu par les acconiers (passage du salaire journalier au salaire mensuel). L'affaire avait failli être étouffée, la loi du silence ayant été appliquée au plus haut sommet de la gendarmerie.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

C'Dan Danielle , Posté
Un repos sûrement mérité et bravo pour votre dévouement aux bonnes causes et pour vos camarades ...