La grève du personnel communal a été suspendue ce vendredi :

Mairie de Saint-Paul : des employés dénoncent l'existence d'une "liste noire"


Publié / Actualisé
Ce vendredi matin 22 août 2014, une partie du personnel communal de la mairie de Saint-Paul s'est mise en grève pour protester contre le non renouvellement de leurs contrats. Un mouvement rapidement suspendu après une rencontre avec Sandra Sinimalé, adjointe chargée de la gestion du personnel, qui s'est engagée à rencontrer les personnes concernées et à examiner les situations "au cas par cas". Mais le contexte demeure tendu, certains grévistes évoquant une "liste noire" d'employés proches de l'ancienne maire Huguette Bello auxquels il faudrait "couper la tête".
Ce vendredi matin 22 août 2014, une partie du personnel communal de la mairie de Saint-Paul s'est mise en grève pour protester contre le non renouvellement de leurs contrats. Un mouvement rapidement suspendu après une rencontre avec Sandra Sinimalé, adjointe chargée de la gestion du personnel, qui s'est engagée à rencontrer les personnes concernées et à examiner les situations "au cas par cas". Mais le contexte demeure tendu, certains grévistes évoquant une "liste noire" d'employés proches de l'ancienne maire Huguette Bello auxquels il faudrait "couper la tête".

"Aujourd’hui on vient réclamer notre travail !", lance une désormais ex-employée de la mairie de Saint-Paul. Comme ses collègues grévistes, elle a vu son contrat à la mairie de Saint-Paul non renouvelé par la nouvelle majorité dirigée par Joseph Sinimalé, ce qu’elle ne digère pas. "Ça fait cinq ans et demi voire six ans pour certains qu’on était en poste, et ce sont des postes qui avaient une utilité réelle pour la collectivité. Pour preuve, quand on est parti, des gens nous ont remplacés au pied levé", confie-t-elle.

D’autant que selon cette employée, les procédures n’ont pas vraiment été respectées. J’ai reçu un courrier me signifiant que mon contrat n’était pas renouvelé la veille pour le lendemain. Normalement, on aurait dû le recevoir au moins un mois à l’avance, avec accusé de réception", précise-t-elle.

Pour elle, une évidence s’impose : son contrat n’a pas été renouvelé car elle est jugée trop proche de l’ancienne maire Huguette Bello. "Dès que le maire actuel a été en place, des listes noires ont circulé, c’est-à-dire les noms des gens dont il faut couper la tête parce qu’ils ont milité pour Madame Bello", assure-t-elle. "On a les compétences pour occuper ces postes, mais ils nous mettent dehors car il y a cette fameuse liste noire. Certains noms étaient même soulignés trois fois, et le pire c’est que ce sont les militants du maire actuel qui ont décidé à qui il fallait couper la tête. Ça s’est passé comme ça, c’est purement politique."

Des considérations dans lesquelles ne veut pas entrer Patrick Miniopoo, secrétaire général de la CGTR Ouest. "Nous sommes dans un cadre syndical, pas dans un cadre politique", assure-t-il. Et c’est dans ce "cadre syndical" que les représentants des grévistes ont rencontré Sandra Sinimalé ce vendredi matin. "Concernant les contrats arrivés à six ans, elle nous a dit qu’elle allait être attentive et essayer de trouver des solutions. Elle va essayer de revoir au cas par cas et de rencontrer les personnes concernées", précise Patrick Miniopoo.

Le mouvement de grève est donc suspendu, le temps que soient menés ces entretiens individuels. "On va voir ce que l’on va nous proposer et on ensuite on avisera", affirme le responsable de la CGTR Ouest.

À La Possession, un autre préavis de grève a été déposé pour ce lundi 25 août, concernant également des problèmes de gestion du personnel communal.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Alfred, Posté
la camarade Huguette avait fait trop de recrutement politique . elle a rechuté beaucoup d'ex PCR qui sont venus l'aider aux législatives. ce personnel politique qui a faqu on trouve à tous les étages n' a plus rien à faire à la mairie de saint-paul. c'est une liste rouge qu il faut dégager!