Marché 24h/24 de Saint-Pierre :

Dijoux fruits et légumes : les salariées plus que jamais mobilisées


Publié / Actualisé
Ce lundi 2 mars 2015, les salariées de la SARL Dijoux Fruits et légumes (DFL) du marché 24h/24 de Saint-Pierre ont entamé leur onzième jour de grève. Elles dénoncent toujours la non application du protocole d'accord signé suite au premier conflit et prévoient l'organisation d'un rassemblement ce dimanche 8 mars.
Ce lundi 2 mars 2015, les salariées de la SARL Dijoux Fruits et légumes (DFL) du marché 24h/24 de Saint-Pierre ont entamé leur onzième jour de grève. Elles dénoncent toujours la non application du protocole d'accord signé suite au premier conflit et prévoient l'organisation d'un rassemblement ce dimanche 8 mars.

"La détermination des filles de DFL est intacte, la grève continue", indique ce lundi le syndicat Union régionale 974, aux côtés des salariées depuis le début du conflit.

"Pour rappel, la grève avait repris le 24 février 2015 parce que l'employeur avait continué les pressions et les attitudes humiliantes contrairement à l’engagement pris au protocole de fin de conflit signé le 10 février 2015", ajoute l’UR 974.

"Depuis hier, c'est un autre point du protocole que l'employeur a décidé de ne pas respecter. L'article 13 prévoit en effet que la totalité des dispositions du présent protocole seront effectives au plus tard le 1er mars 2015. Mais hier 1er mars, rien à l'horizon, l'employeur présent sur le site ne s'est pas manifesté", poursuit le syndicat, estimant que "l'employeur refuse aujourd'hui de respecter le protocole et de payer l'ensemble des sommes dues aux salariées et actées dans le protocole signé devant l'inspection du travail".

Et l’UR 974 de s’interroger : "Comment un employeur peut-il ainsi s'asseoir sur un protocole signé en présence de l'inspection du travail et avec l'assistance de son avocat ? Sommes nous en présence d'un voyou, d'un hors la loi, qui ne respecte rien, ni la loi, ni ses salariées ?" Pour le syndicat, "la vraie question aujourd’hui est de savoir quelle sera la réaction des autorités administratives, notamment de l'inspection du travail, face à ce refus de l'employeur d'exécuter le protocole signé".

"Persuadées que ce bras de fer va s'inscrire dans la durée", les grévistes prévoient d'ores et déjà un rassemblement sur le parking à côté de DFL le dimanche 8 mars 2015 à 17 heures, à l'occasion de la journée de la femme.

Un événement facebook a été créé à cette occasion et une caisse de solidarité a également été mise en place pour aider les grévistes.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

EGO, depuis son mobile, Posté
Ti doit paye té....tout ça po montré c ou lé patron! !! si ou veut être encore dans le temps l esclavage et ou nena l argent...rode un metteur en scène et tourne un film...Mr Di..... va soulage à ou peut être. ...
Ano974, Posté
T lé sérieux seulement! ! I existe encore band patron komma?? ou doi payéT !!!les autorités koi po fai???