[LIVE - PHOTOS/VIDEOS] Ils ont atterri sur l'île :

Une vingtaine d'enfants de la Creuse arrivent à La Réunion


Publié / Actualisé
Une vingtaine d'enfants de la Creuse sont arrivés ce mardi 1er décembre 2020 sur notre île pour participer aux deux grands rassemblements prévus cette semaine, les 5 et 6 décembre. L'occasion pour eux de renouer avec leurs racines perdues. Ils devraient être 70 au total à revenir à La Réunion. (Photo et vidéo rb / www.ipreunion.com / [email protected])
Une vingtaine d'enfants de la Creuse sont arrivés ce mardi 1er décembre 2020 sur notre île pour participer aux deux grands rassemblements prévus cette semaine, les 5 et 6 décembre. L'occasion pour eux de renouer avec leurs racines perdues. Ils devraient être 70 au total à revenir à La Réunion. (Photo et vidéo rb / www.ipreunion.com / [email protected])

Notre journaliste est en direct, suivez notre live :

Grande émotion devant l'aéroport Roland Garros ce mardi : 23 enfants de la Creuse arrivent à La Réunion, sous les applaudissements. Ils sont 70 au total à être attendus dans le cadre de deux grands rassemblements le 5 et 6 décembre qui leur permettront de rencontrer ou revoir leur famille.

Marlène, 70 ans, par exemple, est de retour après 55 ans : "c'est énorme, je suis très contente." Elle retrouve sa demi-soeur Maryline, qu'elle rencontre pour la première fois : "c'est extraordinaire de rencontrer sa soeur 55 ans plus tard." "Il va falloir réussir à exorter tous les sentiments accumulés, apprendre à se connaître" ajoute Maryline. Les deux soeurs se sont retrouvées grâce à Facebook.

Pour Valérie Antanson, chargée de communication de la FED, féderation des exilés des DROM : "c'est important de se réconcilier avec La Réunion, nous allons à la découverte de notre île natale : ses couleurs, sa culture. Nous sommes partis il y a des années, nous avons besoin de retourner sur notre île pour trouver le chemin de la résilience". Elle explique que "samedi, aura lieu une conférence à la mairie de Saint-Denis où seront faites des annonces importantes".

Marie-Céline, enfant de la Creuse, revient elle aussi à La Réunion pour cette semaine particulière : "je profite de ce moment pour être avec mon cousin, retrouver mes origines et mes racines."

Lire aussi : 50 ans plus tard, elle retrouve sa famille réunionnaise

"Nous avons prévu beaucoup de sorties, de manifestations culturelles pour renouer les liens qui ont pu se perdre avec ce déraciment forcé" explique Jean-Philippe Jean Marie, représentant de l'association Rasinn Aler. "Certains sont déjà venus, certains viennent pour la première fois, et ce sera peut-être la dernière pour d'autres" ajoute Jean-Philippe, "car certains sont très malades mais ils voulaient voir une dernière fois leur île". Nous souhaitons qu'en partant, ces enfants de la Creuse se disent que "La Réunion les a accueilli avec coeur et tendresse". Un kabar sera organisé en leur honneur ce dimanche.

Jean-Philippe Jean Marie de l'association Rasin Aler :

Les deux grands rassemblements sont organisés "pour la reconnaissance de ces faits qui ont été dévastateurs pour certains" ajoute Jean-Philippe Jean-Marie, "ils vont pouvoir repartir de La Réunion, le coeur plein".

La députée Nathalie Bassire est églement sur place pour accueillir ces enfants de la Creuse :"j'ai beaucoup de joie et de satisfaction de voir que ces hommes et ces femmes peuvent revenir sur leur île et dans leur famille, certains pour la première fois." Pour la députée, "ce retour permet une cicatricasion des blessures d'enfants et parfois celles de l'incompréhension."

L'épisode des enfants de la Creuse est encore méconnu pour beaucoup. A ce sujet, Nathalie Bassire ajoute : "il faut poser cet acte historique qui a été reconnu par l'Etat : ces hommes et femmes ont été exilés, déportés, dans des lieux qu'ils ne connaissaient pas". La députée à entendu les réclamations de ces Réunionnais : "il faudrait que le gouvrnement leur donne la possibilité de revenir tous les ans dans leur famille".

www.ipreunion.com / [email protected]

   

3 Commentaire(s)

FxC, Posté
L'emploi du terme "déporté" est d'une imbécilité majeure.Rappelons qu'au départ ces enfants, issues de familles misérables dans un département ne leur proposant aucun avenir à l'époque, constituait une démarche de solidarité nationale, comme il en existait entre départements de métropole, grâce à l'aide de compatriotes creusois qui pour l'immense majorité ont aimé ces enfants comme leurs propres enfants et leur ont offert la chance d'un avenir.Je constate que sur les 1500 enfants bien peu ont accepté l'appel à ce rassemblement (bien que le voyage soit visiblement offert) pour la bonne et simple raison qu'ils n'adhèrent pas à ses arrière-pensées accusatoires. La France est leur pays, à la Reunion comme dans n'importe quel endroit de l'hexagone. Et le devoir d'un pays solidaire est de sauver ses enfants de la pauvreté, même à 9800km de Guéret.
Hallucine, depuis son mobile, Posté
Quelle preuve d imbécillité et d irresponsabilité de faire venir ces gens dans une situation de. pandémie j espère qu'ils assumerons les cas de contamination qui en découlerons .
Maya qui, depuis son mobile, Posté
Ça fait tellement plaisir que ces personnes déracinées revoient leur pays ....