Voile - Tour du monde à contre-courant :

Maud Fontenoy a démâté


Publié / Actualisé
Gros coup dur pour Maud Fontenoy. Son voilier, le l'Oréal Paris a démâté ce samedi vers 15 heures (heure de La Réunion). La navigatrice n'a pas été blessée par la chute du mât. "Il est tombé à 50 centimètres de moi" raconte la jeune femme. Au moment de l'accident elle se trouvait à 9 000 de l'Australie. Son arrivée à La Réunion était prévue vers le 20 février prochain. Elle avait quitté l'île le 15 octobre 2006 pour un tour du monde à la voile à contre courant
Gros coup dur pour Maud Fontenoy. Son voilier, le l'Oréal Paris a démâté ce samedi vers 15 heures (heure de La Réunion). La navigatrice n'a pas été blessée par la chute du mât. "Il est tombé à 50 centimètres de moi" raconte la jeune femme. Au moment de l'accident elle se trouvait à 9 000 de l'Australie. Son arrivée à La Réunion était prévue vers le 20 février prochain. Elle avait quitté l'île le 15 octobre 2006 pour un tour du monde à la voile à contre courant
Maud Fontenoy engagée dans son tour du monde à l'envers de la Réunion à la Réunion a démâté ce samedi vers 15 heures. Elle en était à son 119e jour de mer, sur son voilier "L'Oréal Paris". Elle se trouvait à900 milles nautiques (1.650 km) des côtes australiennes, dans l'océan Indien et était attendue à La Réunion dans moins de 10 jours. Maud Fontenoy n'a pas été blessée par la chute du mât, mais elle a préparé son canot de survie et se trouve toujours à bord de "L'Oréal Paris". Sa base arrière en France a entrepris l'organisation des secours, via la Marine Française et la Marine Australienne.

"Je suis super désolée"

Jointe par téléphone à 16h30 samedi après midi, la navigatrice, très émue et encore sous le choc, a indiqué:" Il y a une grosse dépression qui passait dans le Sud, je remontais vers le Nord quand dans une trentaine de n?uds de vent et une grosse houle, le mât est tombé d'un seul coup et s'est cassé en deux morceaux. J'ai maintenant un morceau de 22 mètres dans l'eau qui vient taper des coups de boutoir sur la coque de l'Oréal".
Elle a jouté: "j'ai préparé mon canot de sauvetage, ma combinaison de survie. Il fait nuit noire, je n'ai plus d'instrument de navigation, ni de lumière. Je suis recroquevillée sur ma couchette, j'attends en écoutant tous ces bruits. Je suis prête à tout instant à sauter dehors pour sauver ma peau".
Maud Fontenoy a également: "je pense à ma famille. Je suis super désolée. Je pense aussi à tous les enfants qui suivaient l'aventure et qui croyaient en moi. Cela arrive maintenant alors que ça fait 4 mois que je bataille tous les jours". La navigatrice a souligné: "je suis en phase de survie. Cela ne m'était jamais arrivé et je ne le souhaite à personne".

Deux liaisons par jour

Dans un communiqué rendu public samedi soir, la préfecture de La Réunion, où Maud Fontenoy était attendue dans une dizaine de jours, note que le CROSS Réunion, en charge du sauvetage en océan Indien, a pris contact avec la navigatrice et sa famille afin d'évaluer la situation. Un contact radio a été établi avec le navire afin de vérifier l'état de santé de la jeune femme. "Au terme de ce bilan, il apparaît que Maud Fontenoy est en bonne santé et demeure en sécurité sur son navire. Elle économise les batteries du bord afin de maintenir les liaisons radio avec la terre aussi longtemps que nécessaire" indique la préfecture.
Le CROSS Réunion établira un contact deux fois par jour avec le voilier pour suivre l'évolution de la situation. "Maud Fontenoy aurait l'intention de poursuivre son périple tant que l'état de son navire le lui permettra" ajoute le communiqué.
Cela faisait donc 119 jours que Maud Fontenoy était en mer. Elle avait, notamment, passé le cap de Bonne Espérance, le cap Horn et les 40ème rugissants.
Elle a traversé l'Atlantique à la rame en 2003 et le Pacifique toujours à la rame en 2005.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !