Tour du monde à contre-courant - Le l'Oréal Paris démâté :

Maud Fontenoy résiste


Publié / Actualisé
"J'y arriverai à La Réunion. Oui je bouclerai ce fichu tour du monde à l'envers" a déclaré ce dimanche 11 février 2007 Maud Fontenoy à l'Agence France Presse. Son voilier, le l'Oréal Paris a démâté ce samedi 10 février vers 15 heures (heure de La Réunion). La navigatrice se trouvait à 9 000 milles (1 650 km) de l'Australie. Le premier moment de choc passé. La jeune femme a travaillé d'arrache-pied ce dimanche pour scier le mât endommagé et se fabriquer un gréement de fortune. Elle tente de tout faire pour terminer son tour du monde
"J'y arriverai à La Réunion. Oui je bouclerai ce fichu tour du monde à l'envers" a déclaré ce dimanche 11 février 2007 Maud Fontenoy à l'Agence France Presse. Son voilier, le l'Oréal Paris a démâté ce samedi 10 février vers 15 heures (heure de La Réunion). La navigatrice se trouvait à 9 000 milles (1 650 km) de l'Australie. Le premier moment de choc passé. La jeune femme a travaillé d'arrache-pied ce dimanche pour scier le mât endommagé et se fabriquer un gréement de fortune. Elle tente de tout faire pour terminer son tour du monde
Maud Fontenoy devait arriver à La Réunion vers le 20 février prochain. Elle avait quitté l'île le 15 octobre 2006 pour un tour du monde à la voile à contre courant. Elle en était à son 119e jour de mer sur son voilier lorsue l'accident s'est produit. Elle n'a pas été blessée, mais elle a préparé son canot de survie. Sa base arrière en France a entrepris l'organisation des secours, via la Marine Française et la Marine Australienne.
Après 10 heures de travail acharné, la jeune femme a pu se débarrasser du mât cassé qui cognait contre la coque du voilier. "J'ai les mains en sang. J'ai aussi scié les voiles. Puis tout est parti à l'eau mais un morceau de mât resté accrocher au bateau à cause d'un winch coincé. J'ai cogné, tiré dessus, je me suis arc-boutée à me rompre le dos, mais j'ai gagné" a indiqué par radio la jeune femme. Le pont du l'Oréal Paris est maintenant déblayé.

Les secours en route

Pour le moment, Maud Fontenoy n'a pas déclenché sa balise de détresse. Elle est épuisée mais rassurée. "Maintenant je dois me reposer car je dois rester vigilante. Aujourd'hui, j'ai passé l'étape nettoyage, j'ai un bateau qui est sain dans lequel je suis désormais en sécurité. Je n'ai pas du tout envie d'abandonner, même si la situation est difficile, on peut toujours s'en sortir" a-t-elle dit.
"Demain matin (lundi - ndlr), j'irai sur le pont pour faire un gréement de fortune. Je vais essayer de monter la bôme que j'ai conservée à bord pour en faire un mât, et mettre une petite voile dessus. Ma volonté aujourd'hui est de rallier La Réunion coûte que coûte" a-t-elle ajouté
Les secours se sont très vite organisés. À la demande de la marine australienne cargo allemand s'est dérouté et sera sur zone vers 20 heures (heure de la Réunion) pour faire un état des lieux avec la jeune femme. Il passera la nuit près du L'Oréal, mais les marins allemands n'interviendront qu'à la demande de la jeune femme.

Deux fois par jour

Par ailleurs, dans un communiqué rendu public samedi soir, la préfecture de La Réunion, où Maud Fontenoy était attendue dans une dizaine de jours, note que le CROSS Réunion, en charge du sauvetage en océan Indien, a pris contact avec la navigatrice et sa famille afin d'évaluer la situation. "Au terme de ce bilan, il apparaît que Maud Fontenoy est en bonne santé
et demeure en sécurité sur son navire. Elle économise les batteries du bord afin de maintenir les liaisons radio avec la terre aussi longtemps que nécessaire" indique la préfecture.
Le CROSS Réunion établira un contact deux fois par jour avec le voilier
pour suivre l'évolution de la situation. "Maud Fontenoy aurait l'intention
de poursuivre son périple tant que l'état de son navire le lui permettra" ajoute le communiqué.
Cela faisait donc 119 jours que Maud Fontenoy était en mer. Elle avait, notamment, passé le cap de Bonne Espérance, le cap Horn et les 40ème rugissants.
Elle a traversé l'Atlantique à la rame en 2003 et le Pacifique toujours à la rame en 2005.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !