Défi sportif :

Josian Turpin rame vers La Réunion


Publié / Actualisé
Le Réunionnais Josian Turpin a quitté le rivage de Rivière Noire dans le Sud Ouest de Maurice ce samedi matin 22 décembre 2007. À bord d'une pirogue polynésienne, il va ramer pendant une trentaine d'heure avant d'accoster au port de Saint-Pierre de La Réunion. "La mer veut bien de moi aujourd'hui, je vais tout faire pour la remercier de son accueil et réussir cette traversée" a déclaré, très ému, Josian Turpin avant de s'élancer dans son défi. Images d'un exploit en cours d'accomplissement
Le Réunionnais Josian Turpin a quitté le rivage de Rivière Noire dans le Sud Ouest de Maurice ce samedi matin 22 décembre 2007. À bord d'une pirogue polynésienne, il va ramer pendant une trentaine d'heure avant d'accoster au port de Saint-Pierre de La Réunion. "La mer veut bien de moi aujourd'hui, je vais tout faire pour la remercier de son accueil et réussir cette traversée" a déclaré, très ému, Josian Turpin avant de s'élancer dans son défi. Images d'un exploit en cours d'accomplissement
8 heures 50. Josian Turpin lève la main en signe de remerciement et de salut. La concentration se lit sur son visage. Il jette un dernier regard à ses proches et ses amis venus l'encourager jusque sur la plage de Rivière Noire. D'un rapide coup de pagaie, il tourne le nez de la pirogue vers le large. Il est parti. Il file sur l'eau. Presque sans effort apparent. Quelques minutes plus tard, il a franchi la passe séparant le lagon de la haute mer.
Deux ans de préparation, d'entraînement, de sacrifices parfois, viennent de trouver leur aboutissement. Josian Turpin est en route pour La Réunion qu'il compte accoster dimanche en fin d'après-midi après une trentaine d'heure passées à ramer.

Émotion

Sur la plage Madelys et Jimmy Turpin, le père et le frère du sportif, ont les yeux un peu rouges. Avec une poignée de proches, ils ont aidé le jeune homme à organiser son défi et assurent son assistance. S'ils ne peuvent cacher leur émotion s'est que Josian Turpin lui-même n'a pu retenir une brusque montée de larmes lorsqu'il les a serrés dans ses bras. "Je suis fier de lui, je sais qu'il réussira. Nous sommes tous avec lui" remarque Madelys Turpin.
Son fils est déjà loin au large. La mer semble clémente. Peut-être parce que le jeune homme lui a rendu hommage juste avant d'embarquer. "S'il vous plaît tenez-vous les mains pour que l'on fasse un grand cercle autour de la pirogue et que l'on prie" a-t-il demandé aux personnes venues assister à son départ. Puis il a prié. Une prière catholique d'abord, une prière polynésienne ensuite. Par respect à l'océan, "pour qu'il m'accepte".

À fond de concentration

Affable et soucieux du bien-être de son entourage quasiment jusqu'au moment de monter dans la pirogue, Josian Turpin est maintenant à fond de concentration. Il a un peu plus de 120 km à ramer. Un défi dont il a soigneusement préparé les étapes. Prendre des compléments vitaminés et énergétiques à heures fixes plusieurs jours avant le départ. Manger une part de cake multivitaminé (2 000 calories les 100 grammes) 3 heures avant le départ. Boire un litre d'eau par heure pendant la traversée. Se mettre à l'eau toutes les deux heures pour se dégourdir les jambes et se détendre les bras. Se faire arroser d'eau douce régulièrement par les deux bateaux, l'un à voile, l'autre à moteur, qui le suivent... Pour relever un défi aussi "fou" il faut avoir la tête solidement accrochée aux épaules. Josian Turpin le prouve par le sérieux de sa préparation. Par sa capacité à bien gérer tous les problèmes de dernière minute : une radio manquante ou un visa pas encore à jour.
Sans doute cela être un bon marin. Bon vent et bonne mer.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !