Réunion wave classic 2010 :

Deux supers sessions


Publié / Actualisé
C'était prévu par la météo et nous le savions : un violent vent d'Est a chamboulé aujourd'hui les habitudes des 12 coureurs de la Réunion wave classic 2010. En arrivant ce dimanche matin 29 août 2010 sur le spot de Ravine Blanche, l'équipe d'organisation et les coureurs ont décidé en commun de ne pas courir de manches devant la violence des éléments déchainés, les vagues atteignant déjà un bon 2 mètres, le vent soufflant à plus de 70 km/h. Deux super sessions de sauts ont donc été organisées pour offrir au public un spectacle de haute voltige (Photo Réunion Wave Classic).
C'était prévu par la météo et nous le savions : un violent vent d'Est a chamboulé aujourd'hui les habitudes des 12 coureurs de la Réunion wave classic 2010. En arrivant ce dimanche matin 29 août 2010 sur le spot de Ravine Blanche, l'équipe d'organisation et les coureurs ont décidé en commun de ne pas courir de manches devant la violence des éléments déchainés, les vagues atteignant déjà un bon 2 mètres, le vent soufflant à plus de 70 km/h. Deux super sessions de sauts ont donc été organisées pour offrir au public un spectacle de haute voltige (Photo Réunion Wave Classic).
Une super session n'a rien d'officiel et ne compte pas pour le classement général. Les coureurs se mettent à l'eau tous en même temps pendant 30 minutes. Le but du jeu étant de repousser ses limites pour offrir un show dans les vagues. Le meilleur saut l'emporte.

Super session du matin : de la casse et des blessés

Tranquillement, les coureurs ont préparé leurs plus petites voiles, jusqu'à 3,7 m2 pour certains. Zane Schweitzer, le plus jeune rider du groupe (16 ans) partira à l'eau le premier avec une voile de 4,2 m2. Il n'a malheureusement pas anticipé le fait que les alizés sont relativement puissants et n'avait pas emporté de plus petite surface. Zane s'est donc vite retrouvé complètement surtoilé une fois lancé dans le creux des vagues. Il finira prématurément sa session avec une entorse du pied à la suite à une mauvaise chute. Un bon mois d'arrêt pour l'américain.

C'est vers midi que les autres coureurs entrent dans l'arène les uns après les autres. La mise à l'eau n'est pas facile à Ravine Blanche, il faut s'élancer des rochers. Heureusement cette année, il y a beaucoup moins d'oursins que l'an passé. 5 minutes plus tard, c'est un festival de sauts qui commence. Les riders s'envolent littéralement sur la crête des vagues, parfois soufflés par les rafales de vent, se faisant arracher leur matériel à des hauteurs dépassant parfois les 10 mètres. Au sortir de l'eau, Traversa, après avoir complètement explosé sa voile, avoue: "c'est très bon sur l'eau, mais c'est dangereux".

Même les gabarits les plus lourds devront lutter pour défier les vagues puissantes. Pourtant habitué du spot et du vent fort, Zabala a reçu la poignée de son wishbone en pleine face. Il a été transporté aux urgences. Taboulet cassera son mât en arrivant trop tard sur une grosse section.

Devant la violence des éléments, certains riders ne sont même pas allés naviguer. Vers 13 heures 30, presque tous les coureurs rentrent à terre, lessivés. Seuls restent à l'eau Godet et Juban en 3,7 m2. En réception d'un gros backloop, ce dernier casse son pied de mât et sera bon pour une longue dérive qui le fera sortir par la falaise, sous le vent du spot. Dans un souci de sécurité, l'organisation décide d'arrêter cette première super session qui a vu la victoire de Juban.

Super session de l'après midi: court, mais bon

15 heures 45. Le vent continue de souffler violemment. Les vagues sont toujours là, affichant parfois jusqu'à 3 mètres. Seuls 4 coureurs se portent volontaires pour aller affronter à nouveau les éléments pendant 30 minutes de course. Camille Juban, Pierre Godet, Steven Pichot et Julien Taboulet partent à l'eau avec leur plus petit matériel. Le vent est bien orienté sideshore (de côté) et les vagues affichent de parfaits tremplins bien lisses pour s'élancer.

Ca part très fort avec un gros pushloop tweaké de Juban, suivi par un late backloop très haut, alors que Godet s'envoie pour un énorme saut à plus de 10 mètres. Pichot s'écrase à la réception d'un double forward loop. Taboulet envoie un gros backloop et un saut à plus de 8 mètres. Godet réplique avec le même move et tentera même un backloop une main très haut, mais pas réceptionné.

Pichot envoie fort et prends de grosses rampes, il partira par 2 fois en saut simple à une altitude où l'oxygène commence à manquer. Il arrache des cris au public et aux juges, tout comme sur cette action magnifique où Taboulet et Juban se retrouvent tous les deux à sauter sur la même vague et amorcer en synchro un énorme late backloop à plus de 4 mètres de haut.

Les juges, des personnes sélectionnées parmi le public local, décident de rajouter 10 minutes à cette super session. A leur retour à terre, les coureurs sont applaudis par le public. Les juges délibèrent et donnent un classement : 1er Juban, 2ème Pichot, 3ème Godet et 4ème Taboulet.

Ce lundi, le vent est encore d'actualité. Il devrait souffler moins fort et les vagues devraient baisser un peu. De quoi certainement lancer une 4° manche. Le spot reste à définir. Il sera choisi vers 10 heures et affiché sur le site web www.waveclassicinvitational.com
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !