Des courses connectées du 31 octobre au 8 novembre :

Run Odysséa : "pas de grande vague rose cette année, mais quand même des vaguelettes !"


Publié / Actualisé
C'est ce samedi 31 octobre que commence l'opération Odysséa 2020 : des courses individuelles connectées jusqu'au 8 novembre. Suite à l'annulation des courses traditionnelles à l'Etang-Salé-les-bains, Run Odysséa a su rattraper le tir en proposant à chacune et chacun de courir là où ils et elles le souhaitent, accompagné.e.s de qui ils et elles le souhaitent. Les performances peuvent être rentrées sur une plateforme partagée et les participant.e.s sont invité.e.s à partager leurs photos de courses (ou de marches) sur les réseaux sociaux. Il est possible de s'inscrire jusqu'à la fin de l'opération, chaque inscription est reversée sous forme de don pour participer à la lutte contre le cancer du sein, dans le cadre d'Octobre rose. Entretien avec Nathalie Bourcier, présidente de Run Odysséa.
C'est ce samedi 31 octobre que commence l'opération Odysséa 2020 : des courses individuelles connectées jusqu'au 8 novembre. Suite à l'annulation des courses traditionnelles à l'Etang-Salé-les-bains, Run Odysséa a su rattraper le tir en proposant à chacune et chacun de courir là où ils et elles le souhaitent, accompagné.e.s de qui ils et elles le souhaitent. Les performances peuvent être rentrées sur une plateforme partagée et les participant.e.s sont invité.e.s à partager leurs photos de courses (ou de marches) sur les réseaux sociaux. Il est possible de s'inscrire jusqu'à la fin de l'opération, chaque inscription est reversée sous forme de don pour participer à la lutte contre le cancer du sein, dans le cadre d'Octobre rose. Entretien avec Nathalie Bourcier, présidente de Run Odysséa.

Imaz Press : Nathalie Bourcier, la crise sanitaire actuelle chamboule-t-elle l'organisation de la course ?

Nathalie Bourcier : Ça ne change pas grand chose pour nous. Déjà parce que La Réunion n'est pas concernée par le confinement, et ensuite parce qu'il s'agit bien de courses individuelles, près de chez soi. Les gens courront là ils voudront. Nous n'étions pas vraiment inquiets, même dans le cadre d'un rayon limité d'un kilomètre. Ce qui nous inquiétait davantage c'était de devoir fermer nos permanences. Or, tout le monde ne peut pas s'inscrire en ligne, c'était donc important de pouvoir continuer à recevoir les gens physiquement. Les permanences ne ferment pas : c'est une très bonne nouvelle. Les gens peuvent s'inscrire jusqu'à la fin, jusqu'au 8 novembre !

Imaz Press : Combien de bénévoles sont mobilisés pendant l'opération ?

Nathalie Bourcier : Nous avons environ dix bénévoles par permanence, pour une quinzaine de jours de permanence en tout. Ils se lèvent à 6h et finissent à 19h, ils font un travail formidable.

Imaz Press : Combien d'inscrit.e.s compte-t-on à ce jour ?

Nathalie Bourcier : Nous comptabilisons 4.800 personnes, mais nous avons peu de visibilité sur la suite. Cela correspond quand même à 30.000 euros de dons. Mais nous en étions à 185.000 euros l'année dernière, pour 20.000 participants... vous voyez la différence... Nous espérons plus, avec les inscriptions qui se poursuivent jusqu'à la fin, mais difficile de savoir.

Imaz Press : Une baisse de dons qui s'accompagne d'une baisse des dépistages...

Nathalie Bourcier : Oui l'année 2020 est marquée par un pourcentage de dépistages en forte baisse, c'est ce que disent tous les oncologues. Ils redoutent des cancers détectés bien trop tardivement avec des tumeurs trop développées. Les cancérologues s'alarment et s'attendent à des milliers de décès en plus. Ce qui coïncidera avec une énorme baisse des dons la même année, à cause des courses annulées. Alors qu'il faudrait justement plus de dons pour soigner ces malades détectés trop tard... C'est dramatique.

Imaz Press : D'autres opérations ont-elles permis de dégager des fonds supplémentaires ?

Nathalie Bourcier : Il y a eu des petites opérations oui, par-ci par-là, elles partent d'une bonne intention mais se font parfois sans l'accord d'Odysséa. Ce qui est dommage car dans ce cas nous n'avons pas de traçabilité sur les dons. Il ne faudrait pas qu'on donne en pensant que cela va à Odysséa et finalement que les dons partent ailleurs...

Imaz Press : Le trail Ruban Rose, organisé au moment des dates du Grand Raid, a-t-il permis de récolter des dons ?

Nathalie Bourcier : Non, ce trail était surtout là pour faire connaître Odysséa, et donner envie aux gens de s'inscrire par la suite. C'était émouvant comme moment, nous avons ensuite vu des nouveaux inscrits nous dire que cela leur avait donné envie de participer.

Imaz Press : Alors dites-nous quand on participe justement, on fait quoi après sa course ?

Nathalie Bourcier : Vous pouvez rentrer vos performances sur une plateforme collective pour les coureurs connectés si vous le souhaitez, et vous prendre en photo en nous taguant, ou bien en nous l'envoyant directement. On va essayer de collecter et relayer au maximum les photos des participants de notre côté. Ce ne sera pas une grande vague rose cette année, mais il y aura quand même des vaguelettes !

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !