Football :

Régionale 1 : la mise en place d'un championnat à 16 clubs ne fait pas l'unanimité


Publié / Actualisé
Un championnat rassemblant 16 équipes est souhaité par la Ligue réunionnaise de football (LRF) pour la saison 2021. Une formule en phase classique aller-retour et une autre comprenant des playoffs pourraient ainsi être mises en place. Ce changement organisationnel prête à quelques débats. Officiellement candidat à la prochaine présidence de la LRF, Alex Augustine se montre par exemple particulièrement hostile à cette idée. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)
Un championnat rassemblant 16 équipes est souhaité par la Ligue réunionnaise de football (LRF) pour la saison 2021. Une formule en phase classique aller-retour et une autre comprenant des playoffs pourraient ainsi être mises en place. Ce changement organisationnel prête à quelques débats. Officiellement candidat à la prochaine présidence de la LRF, Alex Augustine se montre par exemple particulièrement hostile à cette idée. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)

La Ligue réunionnaise de football a indiqué à travers un communiqué publié le 10 décembre dernier sa volonté d'organiser un championnat de Régionale 1 à 16 équipes pour la saison 2021. Elle indiquait par ailleurs que ces dispositions seraient prochainement "déterminées par le COMEX de la Fédération française de football (FFF) lors de sa future réunion du 17 décembre 2020". Deux formules sont ainsi envisagées : l'une avec une simple phase aller-retour, l'autre avec la mise en place de playoffs. Ces éventuelles modifications auraient pour conséquence des changements importants, notamment en matière de calendrier. 

Officiellement candidat à la présidence de LRF, Alex Augustine affiche son mécontentement quant à la mise en place d'un championnat de R1 à 16 clubs. D'après lui, cette décision "n'a qu'une visée et objectif : la complaisance des présidents de clubs. Derrière cela il n'y a qu'une fin électoraliste, clientéliste et despotique." Il ajoute : "il n’y a aucun intérêt à avoir une R1 à 16, si ce n’est que de faire plaisir à certain(e)s et en être redevable par la suite. Avec un championnat de l’élite à 16, on continue à niveler le niveau du football par le bas. Beaucoup de clubs n’ont pas les moyens (financiers, sportifs, administratifs, éducateurs, arbitres, dirigeants) pour évoluer parmi l’élite. Comment envisager les compétitions comme les jeux des iles avec un niveau aussi incertain ? C’est un véritable cadeau empoisonné. La pyramide est aujourd’hui inversée. Il n’y a plus de football de masse. Les clubs et les bénévoles jettent l’éponge. Les sections de jeunes disparaissent tous les jours."

Toujours selon Alex Augustine, l'idée d'un champonnat à 16 équipe serait dictée par des fins politiques. "Les clubs de R1 sont ceux qui comptent le plus de voix lors des élections de la Ligue. Quelle fourberie ! Au regard des conséquences de la crise sur le football et le nombre de clubs restants, quel championnat aurons-nous en dessous de la R1 ? Alors qu’on n’a même pas fini un championnat à 14 cette année, on se lance dans une hasardeuse et incertaine compétition à 30 journées pour 2021, faisant fi de la crise, des coupes, des trêves, des imprévus... Quel avenir pour nos jeunes ? Quel avenir pour le football féminin, qui tient une place particulière ? Quel avenir pour les autres pratiques (vétérans, entreprises, futsal...) ? Quelles prospectives pour notre discipline tout simplement ?", questionne-t-il.

La solution à ces problèmes "est pourtant simple" selon Alex Augustine, quipréconise une certaine forme de prudence t de stabilité. "La LRF devrait, dans un premier temps, sachant que l’issue de cette crise sanitaire est incertaine, entériner cette saison 2020 en une saison blanche et faire ainsi un report total des droits d’engagements sur 2021", propose-t-il. "Dans un deuxième temps, elle devrait attendre mai/juin 2021 pour faire démarrer la nouvelle saison dans la même configuration qu’au début 2020. Cette période de janvier à juin permettrait à tous les clubs ainsi qu’à la Ligue de se restructurer, prendre une bouffée d’oxygène, mais surtout avoir une vision plus précise pour la suite qui pourra ou sera donnée. Mais malheureusement, notre seul espoir, notre seul avenir est de croire que la période en cette croyance biblique est résolue et que les présidents adultes et responsables ne croient plus au Père Noël !"

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !