[PHOTOS] Meeting international des épreuves combinées :

Saint-Paul : Kevin Mayer se qualifie pour les Jeux olympiques de Tokyo avec brio


Publié / Actualisé
Kevin Mayer s'est montré exact au rendez-vous ce samedi 19 décembre 2020 au stade olympique de Saint-Paul en réalisant les minima de qualification aux Jeux olympiques de Tokyo. Le décathlonien a totalisé 8 552 points, s'offrant du coup la meilleure performance mondiale de l'année, cerise sur le gâteau et magnifique récompense pour les organisateurs réunionnais de ce meeting international (Photo rb/www.ipreunion.com)
Kevin Mayer s'est montré exact au rendez-vous ce samedi 19 décembre 2020 au stade olympique de Saint-Paul en réalisant les minima de qualification aux Jeux olympiques de Tokyo. Le décathlonien a totalisé 8 552 points, s'offrant du coup la meilleure performance mondiale de l'année, cerise sur le gâteau et magnifique récompense pour les organisateurs réunionnais de ce meeting international (Photo rb/www.ipreunion.com)

Ils ont crié un grand coup sur le podium, comme ils le font souvent pour saluer la fin de leurs dix travaux athlétiques. Ainsi sont les décathloniens. Des potes d’athlé qui, vendredi et samedi, pendant deux jours, ont partage leur passion sur le stade olympique de Saint-Paul devant un public de connaisseurs conquis.

Lire aussi : Athlétisme : Mayer a (déjà) un pied à Tokyo

C’est dans "la bonne humeur", note Kevin Mayer, qu’ils ont bataillé sur la poste à la recherche de la meilleure performance possible sur la route de Tokyo. Témoin, cette décision der se raser le crâne avant le départ du 1 500 m, la dernière épreuve, afin de rendre hommage à Gael Quérin, qui a tiré sa révérence après une belle carrière marquée par deux titres de champion de France en 2013 et 2015.

"J’ai pleuré avant la course", dira-t-il plus tard encore émue par cet ultime effort et les marques d’attention de ses amis. "Tu as été un compagnon énorme. Le meilleur des compagnons du décathlon", a ainsi lâché Kevin Mayer quelques minutes auparavant à l’arrivée de son ultime effort.

Le recordman du monde est soulagé, libéré… Avec 8.552 points, il a réalisé, comme tout le monde l’attendait, les minima aux JO plutôt tranquillement (8.350 pts). Objectif rempli donc. Il s’en félicite. "J’ai un sentiment de fierté", dit-il. "Cela a été difficile. Cela a été un des décathlons les plus long de ma vie". Il rappelle qu’il aime les championnats, qu’il aime les défis. Or, "à cette période de l’année", il n’était pas question de s’attaquer à son record. Il a donc fait le job au cours de la deuxième journée au lendemain d’un vendredi réussi (4 350 points à mi-parcours).

Ce samedi à Saint-Paul a débuté par un sacré coup d’éclat. Un 110 m haies superbement maîtrisé en 13’’54, nouveau record personnel, qui lui a donné le sourire, un rictus de joie peu entrevu jusque-là. Puis il a enchainé par un second essai au disque quasi parfait (50,32 m) qui lui a fait lever les bras. Le défi du saut à la perche est alors arrivé.

En mal de repères, en plein doute même, il n’a sauté que sur élan très réduit pour franchir finalement 4,65 m sur six appuis. Un vrai soulagement. Ses 67,66 m au javelot ont enfin montré combien il se connaissait bien puisqu’il avait annoncé qu’il avait de bonnes sensations sur ce lancer…

Le 1.500 mètres, il l’a couru pour terminer en 4’47’’74, loin de ses standards. Mais l’essentiel était ailleurs. "J’ai envie d’être aux JO maintenant", conclut-il. Pour une bagarre en perspective.

Car Kevin Mayer pourrait ne plus être en possession de la meilleure performance mondiale ce dimanche soir. La faute au jeune Aussie nommé Ashley Moloney qui, samedi en Australie, a été "incroyable", dixit le Français., en totalisant 4.613 points lors de la première journée de son décathlon avec des performances incroyables (10’’36 ; 7,67 m ; 13,62 m ; 2,11 m et 45’’82). eOn va voir ce qu’il va faire lors de la deuxième journée. C’est une bonne nouvelle pour le décathlon mais une mauvaise nouvelle pour moie, poursuit-il avant de se recentrer sur lui. eIl va falloir bosser. Je suis sûr que ça peut aller plus haut et ça va le faire. Vivement Tokyo.

Et vive Paris 2024 pour l’île de la Réunion qui sera, André Giraud, le président de la FFA, l’a annoncé samedi, la destination de stages des athlètes français pour préparer les JO à chacune des prochaines périodes hivernales. Le n°1 de la FFA souhaite également qu’un meeting international, "pas forcément en épreuves combinées", puisse se dérouler chaque année en décembre.

A suivre donc comme l’organisation programmée des championnats de France de trail sur notre île en 2024.

lb/www.ipreunion.com : [email protected]
 

   

3 Commentaire(s)

Mayaqui, depuis son mobile, Posté
C' est beau !
Missouk, Posté
Bravo à la Ligue d'Athlétisme, à la Ville de St PAUL, et à toutes celles et ceux qui ont rendu possible ce très bel évènement. Bravo bien sÃ"r aux athlètes qui, chacun à son niveau, se sont dépassés pour offrir un beau spectacle aux... téléspectateurs. Kevin MAYER a réussi son pari, nul doute que la REUNION est une terre d'athlétisme et le rstera. Et... carton rouge à l'ARS et la préfecture qui ont exigé que cet évènement se tienne à huis clos quand les rues piétonnes, l'aéroport et les grandes surfaces sont bondées de monde en parfaite contraction avec les règles sanitaires soit disant imposées à tous!
ANGE, depuis son mobile, Posté
Bravo