Projet de territoire :

"L'ouest en grand" : le TCO s'attaque à l'horizon 2040


Publié / Actualisé
Avec ses 216.000 habitants et ses cinq communes, le Territoire de la côte ouest (TCO) pose les bases de son projet de territoire, visant à aborder définir les caps à tenir pour les vingt prochaines années. Objectif pour les maires : aller vers un meilleur équilibre entre les cinq villes qui composent l'intercommunalité, tout en s'attaquant aux défis climatiques sociaux et économiques qui attendent les habitants. Une vaste consultation citoyenne va être lancée le 30 août 2021, jusqu'au 30 novembre, pour recueillir, via un diagnostic collectif, les idées de chacun et définir les pistes à prioriser. (Photos rb et mm/www.ipreunion.com)
Avec ses 216.000 habitants et ses cinq communes, le Territoire de la côte ouest (TCO) pose les bases de son projet de territoire, visant à aborder définir les caps à tenir pour les vingt prochaines années. Objectif pour les maires : aller vers un meilleur équilibre entre les cinq villes qui composent l'intercommunalité, tout en s'attaquant aux défis climatiques sociaux et économiques qui attendent les habitants. Une vaste consultation citoyenne va être lancée le 30 août 2021, jusqu'au 30 novembre, pour recueillir, via un diagnostic collectif, les idées de chacun et définir les pistes à prioriser. (Photos rb et mm/www.ipreunion.com)

Les maires ou représentants des cinq communes du TCO se sont retrouvés pour aborder ensemble le nouveau projet de territoire du Grand ouest. Cette feuille de route permettra de définir les grands chantiers à venir pour construire le TCO de 2040. Dans les vingt prochaines années il s'agira alors de s'appuyer sur ce document stratégique en termes de construction, d'écologie, d'économie ou encore de culture.

En 2022, le TCO fêtera ses 20 ans d'existence. Une date charnière permettant de faire le point sur les projets passés et les idées futures. "Un premier séminaire de lancement a eu lieu ce jeudi matin même", précise le président du TCO et maire de Saint-Paul Emmanuel Séraphin. "Certains projets sont déjà posés comme l'Ecocité, le Coeur de ville à La Possession, Omega Cambaie, la modernisation des ports du territoire. Bientôt nous accueillerons également des vélos électriques, ou encore le centre animalier de l'Eperon" liste le président de l'intercommunalité.

Dorénavant il faut aller de l'avant, via trois grandes phases : "d'abord un diagnostic du territoire à travers une consultation citoyenne que nous lançons le 30 août avec un questionnaire en ligne et des opérations Bat'karé dans chaque commune, ensuite la mise au point d'une stratégie à travers une concertation qui durera six mois, puis enfin le plan d'action, avec la co-construction des projets et leur budgétisation" explique Emmanuel Séraphin.

- "Mazin' a li !" -

La consultation des habitants, les maires la souhaitent centrale. "Nous avons l'occasion de donner la parole à la population, nous avons également un devoir de transparence" estime Olivier Hoarau, vice-président du TCO et maire du Port. Du point de vue économique, l'interco de l'ouest estime avoir besoin de 200 hectares, "pour accueillir les entreprises prêtes à investir sur le territoire" ajoute l'élu.

Malgré un coût du foncier en hausse, il s'agira de définir quelles zones peuvent déjà être optimisées comme l'Ecoparc du Port, la Pointe des Châteaux à Saint-Leu ou certaines zones des hauts à Trois-Bassins, et quelles nouvelles opportunités d'aménagement se profilent.

L'enjeu est aussi environnemental, comme le rappelle Vanessa Miranville, vice-présidente du TCO et maire de La Possession. "Les questions de développement durable ne sont plus uniquement théoriques. Dans 20 ans, il faudra sans doute faire face à un territoire soumis à une plus grande sécheresse, peut-être des cyclones plus forts. Le développement durable est le socle, la fondation de ce projet de territoire" estime l'élue. "On ne peut pas reprendre simplement les modèles de Métropole, il faut, avec notre territoire tropical, montrer notre capacité d'innovation."

- Aller vers plus d'équilibre -

Dans les hauts, le vice-président du TCO et maire de Trois-Bassins Daniel Pausé espère un aménagement du territoire plus égalitaire entre les différentes communes. "Pendant longtemps, nous avons été les oubliés de cette intercommunalité. Maintenant il faut penser local et agir global. Aujourd'hui il faut le souligner, le président a tout fait pour mieux nous associer. Trois-Bassins est une petite ville des hauts, rurale, une ville de passage. Sur les questions d'eau, de déplacement, de tourisme, il faut aller vers une gestion plus équilibrée."

C'est tout l'enjeu de ce projet de territoire selon Philippe Lucas, vice-président du TCO lui aussi et représentant du maire de Saint-Leu Bruno Domen ce jeudi : "il ne faut pas juste être dans la juxtaposition de projets". L'élu saint-leusien donne l'exemple de la gestion des déchets, devenue stratégie commune grâce à l'action de l'intercommunalité. "Avant chacun avait notre propre dépotoir et on a réussi à trouver des axes communs", complète Emmanuel Séraphin.

- Le défi de l'après crise -

Face aux difficultés déjà rencontrées par les entreprises et la population dans sa globalité avec la crise sanitaire et économique, les réponses dites immédiates ne suffiront pas. Les moyens disponibles à court terme ont été employés : plan de relance, exonération sur la contribution foncière des entreprises... Mais l'enjeu désormais pour le TCO est de garder une attractivité, mise à mal par la crise.

Emmanuel Séraphin garde confiance : "nous avons du foncier immédiatement aménageable comme dans la ZAC des Mascareignes et les investisseurs répondent déjà présents. Rappelons que l'ouest est le coeur économique de l'île, grâce à son port, il s'agit d'une intercommunalité à l'ancrage important. Et ces investissements seront une vraie bouffée d'air pour nos entreprises".

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Gareth, Posté
Ca fait des années qu'on entend parler de l'écocité. Y'a qu'à la Possession que ça pris forme. St-Paul et le Port encore en hibernation.
Ensemble, on va plus loin.., Posté
Parce que le défi sanitaire et environnemental que nous vivons, nous concernent et nous touchent tous : oui, l'implication de chacun est nécessaire.Parce que l'économie et l'écologie sont indissociables : oui, il faut favoriser une agriculture plus "SAINE", plus productive, génératrice de plus d'emploi. Pour relever le défi de la Réunion de demain, il ne faudrait pas s'arrêter qu'au territoire de l'ouest. Toutes les communes de la Réunion doivent 'uvrer ensemble pour un développement durable de notre " petit caillou ".C'est une responsabilité politique, citoyenne, locale.
Arrêté ton char Marcel , Posté
TCO avenir de la Reunion.
Marcel, depuis son mobile , Posté
Tout cela est bien beau et cela va servir à créer des emplois pour la famille et les copains... Sans compter qu'il va falloir des présidents de ceci ou cela ou responsables de ceci ou cela qui permettra à nos chers élus de cumuler... En attendant qui va payer ' Nos impôts, bien évidemment et toutes les taxes ici et là... Consultation de la population pour qu'elle choisisse à quelle sauce elle veut être mangée... Parce que bien évidemment la question de savoir si elle veut être mangée ou pas à déjà été actée... Pauvres de nous...