Violences urbaines

Illustration : Le Port : les syndicats de police déplorent un manque de soutien et de moyens
LIKES
TWEETS

Alors que quatre fonctionnaires doivent être entendus par l'IGPN

Le Port : les syndicats de police déplorent un manque de soutien et de moyens

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Dans les milieux policiers comme ailleurs, on attend les conclusions de l'enquête de l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) avant de s'exprimer sur les événements ayant coûté un oeil au jeune Steve, le 1er février dernier au Port. En revanche, les syndicats pointent d'ores et déjà le manque de soutien de la hiérarchie auprès de leurs collègues mis en cause et reposent le problème d'un flagrant manque de moyens humains et matériels, constaté lors de ces échauffourées au Port, mais valable selon eux dans l'ensemble de l'île.
Illustration : Forces de l'ordre : l'usage des armes et la légitime défense en question
LIKES
TWEETS

Après le tir de flash-ball ayant coûté un oeil à un adolescent au Port

Forces de l'ordre : l'usage des armes et la légitime défense en question

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Confiée à l'IGPN (Inspection générale de la police nationale), une enquête va être menée pour faire la lumière sur les circonstances ayant conduit un policier à tirer au flash-ball, touchant au visage un adolescent de 16 ans, dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 février 2014 au Port, le jeune garçon y ayant laissé un oeil. Au coeur du dossier se trouve notamment la question de l'usage des armes par les forces de l'ordre, mais aussi la notion de légitime défense, parfois délicate à déterminer à l'image d'autres affaires ayant eu lieu à La Réunion par le passé.
Illustration : Tir de flash-ball au Port : la version des policiers mise en doute
LIKES
TWEETS

Un adolescent perd son oeil, l'enquête confiée à l'IGPN

Tir de flash-ball au Port : la version des policiers mise en doute

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Dans quelles circonstances le jeune Steve, 16 ans, a-t-il été touché par un tir de flash-ball lui ayant coûté un oeil dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 février 2014 lors des incidents au Port ? Pour le procureur de Saint-Denis, il y a en tout cas suffisamment d'éléments troublants pour ouvrir une information judiciaire et confier l'enquête à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), comme l'indique le Journal de l'île de La Réunion. Si les policiers présents sur les lieux maintiennent leur version d'un "tir de dispersion", plusieurs témoignages ainsi que les blessures observées sur l'adolescent semblent en revanche corroborer la thèse des "violences volontaires". Selon le procureur, plusieurs éléments laisseraient penser que "le fonctionnaire qui a tiré n'a pas utilisé son arme à bon escient".
Illustration : Touché par un tir de flash-ball, le jeune Steve a commencé à s'exprimer
LIKES
TWEETS

Le Port - Une enquête est en cours

Touché par un tir de flash-ball, le jeune Steve a commencé à s'exprimer

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Le jeune Steve, âgé de 16 ans et touché au visage par un tir de flash-ball dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 février 2014 au Port, est toujours hospitalisé au CHU de Bellepierre à Saint-Denis. L'adolescent, qui devrait vraisemblablement perdre un oeil, a commencé à s'exprimer, répondant aux messages de soutien reçus sur les réseaux sociaux. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de l'incident.
Illustration : 16 mois de prison ferme : une sanction, mais quel exemple ?
LIKES
TWEETS

Après la condamnation d'un jeune casseur du Port

16 mois de prison ferme : une sanction, mais quel exemple ?

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Ce lundi 3 février 2014, un jeune homme de 19 ans a écopé de 16 mois de prison ferme pour "entrave à la circulation, jets de galets sur des policiers et destruction par incendie d'un camion-benne", suite aux violences ayant agité la commune du Port ces jours derniers. Les faits n'ont rien d'anodin et méritent sans aucun doute une sanction. Mais le jugement apparaît bien sévère, surtout au regard des peines souvent bien moins lourdes infligées aux auteurs d'abus de biens sociaux, détournements de fonds ou autres délits financiers. Si la justice a voulu faire un exemple, pas sûr qu'elle ait montré le bon...
Illustration : Le jeune de 16 ans blessé par un tir de flash-ball va perdre son oeil
LIKES
TWEETS

Violences urbaines au Port

Le jeune de 16 ans blessé par un tir de flash-ball va perdre son oeil

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Touché au visage par un tir de flash-ball dans la nuit du samedi 1er février au dimanche 2 février 2014 au Port, un garçon de 16 ans avait été transporté à l'hôpital Gabriel Martin à Saint-Paul puis au centre hospitalier de Bellepierre à Saint-Denis, où il a été opéré dimanche. Grièvement touché à l'arcade et au nez, il devrait selon tout vraisemblance perdre son oeil, tandis que ses parents pourraient envisager des poursuites judiciaires. Du côté des jeunes du Port, les appels au calme semblent se multiplier sur les réseaux sociaux, la lumière restant à faire sur le déroulé exact des événements.
Illustration : Le Port : un jeune homme condamné à 16 mois de prison ferme
LIKES
TWEETS

Violences urbaines

Le Port : un jeune homme condamné à 16 mois de prison ferme

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Ce lundi 3 février 2014, un jeune homme était jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis. Il lui était reproché d'avoir été l'un des meneurs des violences urbaines qui ont eu lieu dans la nuit du jeudi 30 au vendredi 31 janvier au Port et à la Rivière des Galets. Il était notamment soupçonné d'avoir mis le feu à un camion sur le rond-point des Anglais (Rivière des Galets) après avoir forcé les occupants à quitter leur véhicule. Il a été condamné à 24 mois de prison dont 8 avec sursis et mise à l'épreuve.
Illustration : Le Port - Nouvelle flambée de colère
LIKES
TWEETS

Violences urbaines

Le Port - Nouvelle flambée de colère

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Pour la 4ème nuit consécutive, plusieurs groupes de jeunes ont tenté d'en découdre avec les forces de l'ordre ce dimanche 2 février 2014 au Port. Les premiers incidents ont débuté peu avant 22 heures. Plusieurs poubelles ont été enflammées et mises en travers de la chaussée dans la rue Rico Carpaye. Dans le quartier de la SIDR, situé à proximité, les forces de l'ordre ont effectué des patrouilles pour dissuader les jeunes souvent dispersés en petits groupes mobiles. Du côté de la Butte Citronnelle un barrage enflammé a été mis sur la route. Protégés par les gendarmes mobiles, les pompiers sont intervenus pour éteindre le feu. Un calme précaire semblait être revenu en milieu de nuit. (Photo D.R.)
Illustration : Le Port - Un jeune de 16 ans blessé au visage par un tir de flash ball
LIKES
TWEETS

Violences urbaines

Le Port - Un jeune de 16 ans blessé au visage par un tir de flash ball

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Un garçon de 16 ans a été atteint au visage par un tir de flash ball dans la nuit du samedi 1er février au dimanche 2 février 2014 au Port. Il a été blessé rue Rico Carpaye alors qu'une nouvelle échauffourée opposait un groupe de jeunes aux forces de police. Grièvement touché à l'arcade et au nez, le jeune homme a été transporté à l'hôpital Gabriel Martin à Saint-Paul avant d'être transféré au centre hospitalier de Bellepierre à Saint-Denis. Il a été opéré ce dimanche. Selon sa famille, il risque de perdre un oeil (Image d'illustration).
Illustration : Un policier sérieusement blessé à la main par une grenade
LIKES
TWEETS

Violences urbaines

Un policier sérieusement blessé à la main par une grenade

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Un policier de la Bac (brigade anti criminalité) de Saint-Denis a été "sérieusement blessé" dans la nuit du samedi 1er février au dimanche 2 février 2014, indique la préfecture dans un communiqué publié ce dimanche en milieu de journée. Selon les premiers éléments d'information, le fonctionnaire de police a eu un doigt déchiqueté par une grenade lacrymogène "alors qu'il tentait de repousser un groupe d'individus armés de projectiles", note la préfecture. Les faits se sont produits au Port où la Bac de Saint-Denis avait été envoyée en renfort
Illustration : Nouvelles échauffourées au Chaudron
LIKES
TWEETS

Saint-Denis - 9 jeunes interpellés (actualisé à 23h15)

Nouvelles échauffourées au Chaudron

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Un premier barrage enflammé a été signalé ce vendredi 31 janvier 2014, aux environs de 21h30, au niveau de la Poste du quartier du Chaudron à Saint-Denis. De nouveaux incidents ont ensuite éclaté dans le quartier. Plusieurs équipages de la CDI (Compagnie départementale d'intervention), de la BAC (Brigade anti-criminalité) ainsi que des gendarmes mobiles sont sur place, faisant face à une petite cinquantaine de jeunes répartis en petits groupes. Neuf jeunes ont été interpellés, âgés de 14 à 20 ans. Quelques barrages enflammés ont également été érigés au Port, avenue Rico-Carpaye. La nuit dernière avait déjà été marquée par plusieurs échauffourées (barrages, incendies, pillages) au Chaudron et au Port.
Illustration : Violences urbaines : les moyens policiers en question
LIKES
TWEETS

Après les événements de ce jeudi soir au Chaudron et au Port

Violences urbaines : les moyens policiers en question

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Au plus fort des échauffourées, dans la nuit de ce jeudi 30 janvier 2014, ils étaient une cinquantaine d'hommes mobilisés à Saint-Denis mais seulement une demi-douzaine au Port : les forces de l'ordre ont dû faire des choix pour gérer les événements, les effectifs en place dans la cité portoise n'ayant du coup pas les moyens de s'opposer aux pillards et aux casseurs.
Illustration : Port et Chaudron : retour sur une chaude nuit
LIKES
TWEETS

Les échauffourées en images

Port et Chaudron : retour sur une chaude nuit

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Ce jeudi 30 janvier 2014, le quartier du Chaudron à Saint-Denis et la ville du Port ont été la proie de manifestations de plusieurs groupes de jeunes. Dans les deux cas, des véhicules ont été incendiés, ainsi que de nombreuses poubelles et branchages. Plusieurs commerces ont également été pillés et vandalisés. Au Chaudron, une cinquantaine de policiers, de la CDI (Compagnie départementale d'intervention) et du GIPN (Groupe d'intervention de la police nationale), ont fait face à une cinquantaine de jeunes souvent dispersés en petits groupes mobiles.
Illustration : Nuit de violences au Port : des commerces fracturés et pillés
LIKES
TWEETS

Des faits similaires ont eu lieu au Chaudron ce jeudi soir

Nuit de violences au Port : des commerces fracturés et pillés

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Ce vendredi 31 janvier 2014, dès 6 heures du matin, les services de la mairie du Port étaient à pied d'oeuvre pour déblayer les rues encore jonchées de barrages fumant dressés par les manifestants dans la nuit. L'heure était également au constat des dégâts : dans l'avenue Rico-Carpaye, un camion-bar a été pillé et une pharmacie fracturée ; par ailleurs, une tentative d'effraction a eu lieu sur un restaurant à proximité du rond-point des Anglais. Lors de cette nuit de manifestations et de violences au Port, deux personnes avaient été interpellées.
Illustration : Le Port et le Chaudron s'enflamment
LIKES
TWEETS

Plusieurs véhicules incendiés et des commerces pillés (actualisé à 0h30)

Le Port et le Chaudron s'enflamment

Posté par IPR, dans Violences urbaines
Ce jeudi soir 30 janvier 2014, une centaine de personnes - dont une cinquantaine de jeunes actifs - se sont rassemblées pour manifester à Saint-Denis, au mail du Chaudron, entre le Jumbo Score et la rue François-Châtelain. Des poubelles ont été enflammées et des barricades dressées afin de mettre en place des barrages. Les jeunes ont également pénétré dans la cour du Jumbo Score et incendié un conteneur. Un PMU a été pillé au Chaudron, ainsi qu'un bar-tabac boulevard de la Providence. Au Port, un camion enflammé a été placé en travers du rond-point donnant accès à la Rivière des Galets, tandis que plusieurs groupes de jeunes ont mis le feu à des poubelles, s'attaquant également à des commerces. Deux personnes ont été interpellées au Port.