Le Port :

Rivière des Galets : cambriolage au centre Far Far


Publié / Actualisé
Début de cambriolage dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 février 2013 au centre d'animation Far Far, situé à la Rivière des Galets au Port. Des individus se sont infiltrés dans le centre, notamment dans les bureaux de l'accueil et de la comptabilité. Ils ont vandalisé les locaux, chavirant tout sur leur passage et emportant avec eux ce qu'ils pouvaient. Les individus ont alors pris la fuite lorsque vigiles et policiers sont arrivés. Ce sont des voisins ayant entendu du bruit et qui ont donné l'alerte. Après la mairie annexe de la Rivière des Galets qui a été incendiée mardi soir, c'est un autre lieu symbolique qui a été pris pour cible. C'est au centre Far Far que vendredi dernier le maire avait rencontré les jeunes du quartier qui réclament des contrats. Ce jeudi matin, c'est une nouvelle fois la consternation dans le quartier de la Rivière des Galets. La police scientifique est sur place et procède aux différents relevés.
Début de cambriolage dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 février 2013 au centre d'animation Far Far, situé à la Rivière des Galets au Port. Des individus se sont infiltrés dans le centre, notamment dans les bureaux de l'accueil et de la comptabilité. Ils ont vandalisé les locaux, chavirant tout sur leur passage et emportant avec eux ce qu'ils pouvaient. Les individus ont alors pris la fuite lorsque vigiles et policiers sont arrivés. Ce sont des voisins ayant entendu du bruit et qui ont donné l'alerte. Après la mairie annexe de la Rivière des Galets qui a été incendiée mardi soir, c'est un autre lieu symbolique qui a été pris pour cible. C'est au centre Far Far que vendredi dernier le maire avait rencontré les jeunes du quartier qui réclament des contrats. Ce jeudi matin, c'est une nouvelle fois la consternation dans le quartier de la Rivière des Galets. La police scientifique est sur place et procède aux différents relevés.

Après deux nuits d’émeutes et d’affrontements au Port, la situation a été plus calme dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 février 2013. Mais des incidents ont quand même eu lieu. Quelques feux de poubelles ont été signalés dans l’avenue Rico Carpaye et un autre lieu symbolique de la Rivière des Galets a été la cible d’attaques.

Après la mairie annexe du quartier, qui a été incendiée mardi soir, c’est en effet le centre Far Far, coeur d’animation culturelle du secteur, qui a été la proie de cambrioleurs dans la nuit. Ces derniers ont mis les locaux sens dessus dessous  et ont emporté tout ce qu’ils pouvaient avant de prendre la fuite lorsque des policiers et des vigiles sont arrivés. Ce sont des voisins qui ont donné l'alerte. Rappelons que les rondes de nuit ont été renforcées dans le quartier.

Suite à ce cambriolage, c’est la population qui se trouve fortement pénalisée, Far Far recevant les clubs sportifs et associations de la Rivière des Galets pour leur permettre d’exercer leur activité, et accueillant les habitants du quartier pour des spectacles, des animations, des mariages et autres célébrations.

Ce jeudi 21 février, c’est donc encore un réveil difficile pour les Portois, encore la consternation et la désolation. Le maire du Port, Jean-Yves Langenier, s’est rendu au centre Far Far ce matin pour constater les dégâts. Pour lui, "ça n’a plus rien à voir avec les revendications légitimes qu’on a entendues depuis un certain nombre de semaines". "Là, c’est véritablement un saccage organisé et qui est très certainement le fait de quelques individus isolés qui veulent là aussi s’attaquer à un équipement qui sert énormément à la population", commente le maire, visiblement affecté par ce nouvel acte de vandalisme.

"Far Far, c’est le centre où la population se réunit, où un certain nombre de possibilités sont offertes à la population, tant pour des réceptions que pour des réunions. Je pense que Far Far, à la Rivière des Galets, a toute sa place et a toujours rendu d’énormes services à la population", ajoute Jean-Yves Langenier. "Le saccage de ces bureaux, c’est inqualifiable, et je pense que les individus qui sont à l’origine de ça ne mesurent pas la portée de leur acte", condamne-t-il. "C’est la population qui, une fois de plus, est victime de cette situation", déplore le maire de la ville.

"Au-delà de ces incidents, de ces attaques inacceptables, je pense qu’il y a un problème de fond qui est posé. On est dans une situation gravissime aujourd’hui. Il faut que des mesures soient trouvées, des mesures d’urgence pour faire face aux besoins, à l’urgence sociale, mais il faut également des réformes de fond pour que chacun trouve sa place dans le devenir de La Réunion", estime Jean-Yves Langenier.

Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, la présidente du conseil général Nassimah Dindar demande également des "solutions urgentes, réalistes et pérennes à notre population en souffrance".

Rappelons que la ville du Port a été secouée par des violences urbaines et des émeutes lundi et mardi. La situation est tendue dans d’autres communes de l’île, où des manifestants mettent en place des barrages de route pour réclamer du travail. On craint d’autres débordements, comme en février 2012 où des émeutes ont eu lieu dans plusieurs communes de l’île après un mouvement contre la hausse des prix des carburants et contre la vie chère en général.

Le préfet a par ailleurs demandé des renforts des forces de l’ordre à Paris. Des policiers de la BAC (brigade anti-criminalité) et de la CDI (compagnie départementale d'intervention), ainsi que des gendarmes mobiles de l'Hexagone devraient arriver dans le département ce week-end, "pour relayer les effectifs qui ont énormément travaillé depuis lundi", a indiqué Loïc Obled, le directeur de cabinet du préfet.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Daaazibao, Posté
Je comprends pas bien il y a eu cambriolage ou bien tentative c'est pas bien clair....
Au vu des photos je penche pour un cambriolage, point.
Et je me dis que les gens qui ont fait ça contre eux même ben ils ont le droit de vote. Le droit de choisir un dirigeant pour eux et leur communauté... alors qu'ils ne comprennent même pas comment se diriger eux même...pauvre (!) Réunion, pauvre France...