Sixième jour de l'éruption :

Piton de la Fournaise : le cône volcanique continue son édification


Publié / Actualisé
Le cône volcanique au niveau du site éruptif "continue son édification" indique l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF). Dans la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 avril 2021, le front de coulée n'a pas évolué et se situait toujours au niveau de la partie haute des Grandes Pentes. L'éruption en cours a débuté ce vendredi 9 avril, aux alentours de 19 heures. Deux bouches éruptives sont actives : une principale et une secondaire de plus faible activité, d'où s'échappent deux régimes de fontaines de lave (Photo rb/www.ipreunion.com)
Le cône volcanique au niveau du site éruptif "continue son édification" indique l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF). Dans la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 avril 2021, le front de coulée n'a pas évolué et se situait toujours au niveau de la partie haute des Grandes Pentes. L'éruption en cours a débuté ce vendredi 9 avril, aux alentours de 19 heures. Deux bouches éruptives sont actives : une principale et une secondaire de plus faible activité, d'où s'échappent deux régimes de fontaines de lave (Photo rb/www.ipreunion.com)

🌋 Le cône volcanique au niveau du site éruptif au #PitondelaFournaise continue son édification. Cette nuit le front de...

Publiée par Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise sur Mercredi 14 avril 2021

Ce jeudi, l'OVPF a noté que l’intensité du trémor volcanique (indicateur de l’intensité de l’éruption) a augmenté régulièrement pour atteindre un niveau supérieur à celui observé au cours des premières heures d’éruption. Cette augmentation et ces fluctuations peuvent être liées soit :

-  à une augmentation du débit de magma,
- soit au cône en cours d’édification qui subit des phases de construction et de démantèlement, influant ainsi la vitesse des débits de lave au niveau de l’évent ;
- soit à une fermeture du conduit d’alimentation pouvant produire les mêmes effets.
- soit à des libérations ponctuelles de poches de gaz piégées dans les conduits d’alimentation qui peuvent être libérées soudainement entrainant une augmentation du trémor avec une certaine périodicité.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !